Christophe Forgeot a longtemps vécu en région parisienne, à Sarcelles, puis il a voyagé à travers la France. L'un de ses pieds repose en Touraine à La Guerche, l'autre en Provence. Il vit à Garéoult. Mais il a aussi parcouru le monde. Il a rencontré une trentaine de pays. Notamment il a participé à une action humanitaire avec l'Unicef, au Burkina Faso, un an après l'assassinat de Thomas Sankara.

 

Homme du monde, le cosmos est sa seule communauté. Les trois choses les plus importantes de sa vie sont l'amour, le jardin et la poésie. Il aime ses enfants, sa famille, sa compagne. Il parcourt la nature, la marche, la campagne, la forêt, la montagne, les rivières, la mer, et profite des animaux, de la gastronomie, des fleurs, des abeilles. Il écrit et lit la poésie, joue le théâtre, écoute la musique, et vit de l'#Art en général.

 

Christophe Forgeot fixe son départ dans la vie à l'âge de 13 ans. Il commence à écrire, à être comédien. Depuis, le petit a grandi. Il a écrit onze ouvrages et participe à des anthologies et des revues. Il fait des notes de lecture. Il participe à la vie de la poésie et du théâtre dans les médiathèques, librairies, collèges, lieux privés en France et aussi dans d'autres pays. Ses poèmes ont été traduits au Tchad et en Slovaquie où il se rend régulièrement pour les lire.

 

Tout à son art, Christophe Forgeot n'oublie son autre mission, l'éducation. Dans le cadre des Chemins du JouR, il anime des Ateliers d'écriture et de Création Littéraire. Et aussi un atelier de théâtre de la compagnie Y-Sol en Scène, sans compter qu'il est chargé de l'enseignement de l'écriture théâtrale en Formation Continue pour le diplôme universitaire Ecrivain Public - Auteur Conseil, à l'Université du Sud Toulon-Var. Il faut dire qu'il est titulaire d'un DEA de Sciences de l'éducation.

 

Pendant cinq années, à la fin des années quatre-vingt-dix, il a créé, fondé et une revue poétique Le Matin déboutonné avec des amis poètes. Cette revue, au sein du Centre Interculturel de Vincennes à Saint-Denis, lui a ouvert la reconnaissance d'écrivains et d'universitaires. Elle a d'ailleurs reçu le Prix Culture-Action des Centres régionaux et nationaux des oeuvres universitaires et scolaires.

 

Christophe Forgeot aime faire des rencontres. Il en a fait des longues et des rapides mais toujours belles. Il est un adepte du "faire ensemble" et ne se cantonne pas aux rencontres poétiques, il rencontre dans le tout horizon artistique. Il serait trop long de citer toutes les belles rencontres qu'il a faites, il faudrait plusieurs pages. Il en reste riche par les découvertes qu'il fait de leurs créations, de leurs univers.

 

Comme il le dit dans son recueil "Le Carquois des résistances" aux éditions Encres Vives, il n'appartient à aucune famille si ce  n'est celle des Hommes. Il cueille ses vers dans les voyages et les révèle au monde dans ses haïkus. Vous savez ces petits textes, si difficiles à écrire, qui nous viennent du Japon et qui, le plus souvent, prennent la forme de trois vers, le premier de cinq syllabes, le deuxième de sept et le troisième de cinq.

 

Christophe Forgeot nous en a donné des exemples de son oeuvre dans "Saisir la Route" enjolivé par des photographies d'Agnès Mallez, publié aux éditions Jacques André en 2013, et dans "Haïkus du voyage" agrémenté d'illustrations de Nicolas Geffroy, avec une préface de Jacques Ferlay, aux Editions du Petit Véhicule en 2015.

 

J'allais oublier que Christophe Forgeot est responsable de formation dans une association d'insertion professionnelle de personnes en difficulté et enseignant vacataire à La Croix-Rouge française.

 

Si vous voulez le rencontrer, lui parler, l'entendre, acheter ses oeuvres, Christophe Forgeot sera à Montmeyan en PoéVie les 5 et 6 Août 2016.

 

Article sur Eric Dubois

Sérénité, sens et sensibilité, un hymne à la vie en photo #Education #Afrique