À un moment de l’existence, tout parent est confronté à ce qui ressemble à un abandon, sans en être vraiment un, on le conçoit. Néanmoins, le départ d’un enfant, aussi grand soit-il, quittant le nid familial, ce nid que nous lui avons alloué pour le protéger (voire le couver), est parfois vécu avec douleur. Parce qu’en définitive, nous ne faisons pas des enfants pour nous, bien qu’à la base, c’est tout de même un peu le cas. Et lorsqu’ils grandissent, nous nous retrouvons devant le fait accompli ; nos enfants doivent vivre leur vie. C’est aussi inéluctable que logique !

 

C’est alors que s’installe la solitude qui, à ce moment inéluctable, n’est plus notre amie, même si parfois par le passé, nous l’avons tant aimée.

Publicité
Publicité

Elle s’imprègne sur les heures qui se transforment en instants proches de l’éternité, donnant au quotidien une mélancolie à la limite du supportable et de l’acceptable.

 

C’est un peu ce que va ressentir Ferdinand. Il est veuf, et son fils prend la poudre d’escampette quittant le domicile familial avec femme et enfants. Pour ne pas sombrer dans une solitude désespérante, il a une idée étonnante ; réunir sous son toit quelques âmes pour "repeupler" l’espace habilement. Mais, pas n’importe quelles âmes ! Tout commence avec sa voisine, Marceline, qui rencontre de sérieux problèmes avec le toit de sa maison, se retrouvant complètement inondée lors de gros orages. Il lui faut un abri d’urgence, ça tombe plutôt bien !

 

Ensuite viendra le tour de Guy, le meilleur ami de Ferdinand, qui est devenu veuf récemment, accuse le coup difficilement après tant d’années d’amour et de partage avec son épouse.

Publicité

Ils sont donc maintenant trois âmes à se soutenir mutuellement, apportant chacun au quotidien des autres une fraîcheur pour égayer les jours. Cependant, la maison est grande, il reste pas mal de vide à combler, et il doit bien y avoir encore quelques âmes égarées quelque part, tout près. Les sœurs Lumière, Simone et Hortense alors très âgées, se trouvent dans une situation difficile. Elles vont faire leur entrée chez Ferdinand. D’autres personnes viendront compléter ce tableau en lui donnant quelques couleurs supplémentaires, et un peu de jeunesse aussi.

 

Il y aura Muriel, Kim, quelques étudiants… et puis, Paulette... Les éléments s’installent le plus naturellement du monde donnant inévitablement naissance à une tendresse particulière entre chacun des membres de la maisonnée. Seules les relations entre Ferdinand et son fils demeurent compliquées, faisant de l’ombre au joli tableau de Ferdinand. Les tensions sont un poison qui les mine l’un comme l’autre. Chacun devra estomper ses imperfections pour leur permettre de revenir à une relation plus saine.

Publicité

 

Ce roman est une onde de fraîcheur, distillant amour, de la tendresse, ouvrant la voie du partage et de la solidarité, et dans lequel on se plaît à imaginer les scènes pour les rendre encore plus vivantes. Un joli moment de #Lecture presque trop court tant on s’y sent bien !

 

Informations sur le livre :

Titre : Et puis, Paulette…

Auteur : Barbara Constantine

Éditions : Calmann levy

ISBN : 9782702142783

Prix : 15,50 €

Le Livre de Poche

ISBN : 9782253168638

Prix : 6,60 €

Format Kindle : 6,99 €

 

Et soudain tout change, Gilles Legardinier

"Complètement Cramé !" de Gilles Legardinier #Livres #Roman