Saïd ? Je l’ai connu lors de mon avant-dernier voyage dans le Grand Sud Marocain. Il aimait mes photos, moi, j’aimais son français mâtiné d’accent berbère et sa passion pour sa ville d’origine. Je lui avais promis de venir lui rendre visite. Je n’en ai eu ni le courage, ni la volonté. Car comme à chaque fois que je retrouve quelqu’un après de nombreuses années, je prends conscience d’à quel point les gens peuvent évoluer. J’apprécie trop Saïd pour accepter la probabilité d’être déçue, ce qui explique ma distance géographique quant à lui.  Nous avons cependant gardé contact via le net. Et, au vu du contexte sociopolitique actuel, je ne pouvais agir autrement que de l’interviewer…

 

J’ai vraiment adoré la façon dont tu parlais de ton pays et de ta ville natale. Tu es tellement passionné, sans pour autant faire dans le patriotisme aveugle !

J’aime mon pays, et il me le rend bien ! Je suis heureux d’être ce que je suis, et aussi de la vie que je mène.

 

Tu es musulman, je suis chrétienne. Personnellement, je n’y vois que des différences de dogme, mais après tout, nous sommes tous les deux monothéistes, et nous descendons tous les deux de la culture d’Ibrahim !

Je suis à 100% d’accord avec toi. Mais hélas, nous ne sommes qu’une petite minorité à avoir adopté ce point de vue…

 

Pour parler de religion de façon assez générale, je connais les cinq piliers de l’Islam. Si je te dis, les sept péchés capitaux, ça te dit quelque chose ?

Pas grand-chose… En tout cas, ça n’a vraiment pas l’air d’être un concept heureux !

 

Entre autres... Je vais t'en citer trois, tu me diras ce que cela t’inspire. Gourmandise ?

A mes yeux, ce n’est pas bien grave. Demande cela à ma grand-mère. Si je passe une semaine chez elle, je prends quatre kilos rien qu’avec ses délicieuses crêpes. Un bon repas avec ceux qu’on aime, c’est moment de partage, c’est se goinfrer tout seul qui est vraiment pitoyable.

 

Colère ?

On a parfois de bonnes raisons de se mettre en colère. Mais il faut l’exprimer de façon calme. Quelqu’un qui se sent agressé ne peut répondre que par la violence, et ça, ça ne fait avancer aucun dialogue.

 

Luxure ?

Les relations sexuelles ne sont pas mauvaises si c’est de l’amour, de la tendresse ou de la passion. Mais si c’est dû à l’exercice de ton pouvoir de séduction ou bien simplement l’assouvissement d’un besoin physique, c’est totalement amoral.

 

Si l’être humain était une voiture, quel en serait le carburant ?

Tout ce qui nous tient à cœur, les gens qu’on aime, la famille, les amis et les pâtisseries !

 

En tant que driver, quelles sont les choses qui te font le plus rire chez les touristes ?

Quand ils jouent les malins en prononçant quelques bribes d’arabe que personne ne comprend. Quand on traverse les montagnes du Haut-Atlas et qu’ils ont le vertige (Là, j’avoue que j’en rajoute une couche, surtout que j’ai déjà fait cette route, aller comme retour environ deux cents fois). Quand ils se plaignent que leur thé à la menthe est trop sucré alors que justement, on lève le pied côté sucre quand on le prépare pour les Européens. J’aimerais bien voir leur tête s’ils le buvaient tel que nous le faisons.

 

Que penses-tu en général des Européens que tu promènes dans ta jeep ?

Ils aiment bien le Maroc et les Marocains, mais je crois qu’ils ne comprennent pas bien notre culture.

 

Pour conclure, comment conçois-tu un avenir idéal ?

Si les gens étaient plus heureux, ils penseraient moins à se faire la guerre pour des sujets ridicules. Un beau futur, pour moi, c’est d’abord la joie dans chaque foyer.

 

Un guide touristique nommé Tom

Un certain nombre de choses à ne pas dire aux baroudeuses #Tourisme #Interview