Rose, le personnage principal de ce #Roman, est une femme pour qui l’on ne peut ressentir que de la tendresse à travers la douceur qu’elle met à raconter son histoire. Initialement, cette narration, c’est une longue lettre destinée à son défunt mari. Qui dit défunt, dit forcément absent, c’est donc à nous, lecteurs, qu’elle est offerte.

 

Rose y raconte son installation dans la demeure familiale d’Armand dès leur mariage pour ensuite ne plus jamais la quitter. Rien que cette idée est complètement inconcevable pour elle. D’ailleurs, elle en avait fait la promesse à son époux avant qu’il ne disparaisse. Mais, à l’heure du Second Empire, lorsque tout Paris change, se modernise, le Baron Haussmann voit grand, très grand ! Et qui dit grand, dit forcément, grands boulevards ! Il a à l’esprit de tout embellir, à tout prix, faisant des habitants les pions de son ambition !

 

L’expropriation est inévitable, le peuple n’a pas d’autres choix que de céder. Cependant, Rose ne l’entend pas de cette oreille, se moquant bien du dédommagement qui lui est proposé. Tout l’argent du monde n’est rien face à cette demeure de famille qu’elle a juré ne jamais abandonner, de même qu’il n’a aucune valeur face à la promesse faite à son époux. Pour Rose, quand on donne sa parole, on ne la reprend pas, on se doit de la respecter jusqu’au bout ! C’est donc décidé pour elle, non, elle n’abdiquera pas ! Et puis dans cette maison, sa vie s’y est déroulée, elle y a tout vécu, les grands bonheurs tout comme les plus grandes peines, jusqu’à perdre son fils à une époque où le choléra faisait rage. Alors, elle veut lutter autant qu’elle le peut pour rester tandis que ses voisins et amis quittent leur demeure un à un, chacun leur tour.

 

C’est pour cette raison qu’elle souhaite écrire à son Armand, même si ces mots ne seront jamais lus par lui. Toutefois, il y a une seconde raison à ce désir ou besoin d’écrire qu’elle ne peut garder au fond d’elle. Elle a un secret à délivrer, un aveu qu’elle n’a jamais pu se résoudre à dévoiler, le courage lui manquant trop souvent. Aujourd’hui, elle estime qu’il est temps de "remettre les pendules à l’heure". Elle commence par raconter ses souvenirs, se laissant tour à tour emporter ou submerger selon le moment, une façon peut-être de gagner du temps, encore un peu, pour trouver en elle ce courage si nécessaire à acquérir avant l’instant fatidique de l’aveu.

 

Tatiana de Rosnay décrit merveilleusement les travaux engagés dans le quartier pour donner vie à ces grands boulevards. Elle excelle également dans la narration qu’il s’agisse des souvenirs de Rose ou des sentiments qui l’animent. Elle nous offre avec Rose une amie pleine de douceur portant un indéfectible amour pour son époux.

 

Tandis que nombreux sont ceux qui se plaignent de notre époque où les moyens nous facilitent tellement l’existence au quotidien, dans ce roman, il leur est donné quelques raisons de s’orienter vers la réflexion par rapport aux conditions de vie de Rose, de ses amis, de nos anciens, dans une époque qui n’était peut-être pas forcément favorable, mais où la plainte n’était pas leur credo.

 

Sourions, les siècles passés n’ont certainement pas été les plus aisés à traverser. Merci, Tatiana de Rosnay pour ce magnifique roman où vous nous avez offert la possibilité de conjuguer quelques instants de notre quotidien avec Rose.

 

Informations sur le livre :

Titre : Rose

Auteur : Tatiana de Rosnay

Éditions : Héloïse d’Ormesson

ISBN : 9782350871608

Prix : 19 €

Le Livre de Poche

ISBN : 9782253162063

Prix : 6,90 €

Format Kindle : 16,99 €

 

Le temps des regrets, Mary Higgins Clark, Albin Michel

"Une autre idée du bonheur", Marc Lévy, Pocket #Livres #Lecture