Le RAVY (rencontres d’arts visuels de Yaoundé) se tient depuis le 25 juillet 2016 (du 25 au 31 juillet 2016) à Yaoundé au Cameroun. Ce festival qui se déroule tous les deux ans nous fait découvrir les cultures d’ici et d’ailleurs au travers ses performances, ses talks, ses colloques, ses expositions et ses ateliers. Chaque artiste convié à cette grande balade culturelle nous emballe dans son univers quelque peu biaisé et prévaricateur d’idéologie. En parcourant ce festival qui commence à prendre de l’ampleur, le jeune performeur Snak Zobel redéfinit cette anarchie dont les effets pullulent dans notre société. Se démonstration quelque peu fusionnelle avec sa vision de l’art, nous sera découpée de manière péremptoire sur un parcours unilatéral entre la déraison et la foi.

Lui, toi, moi, eux, les autres, ensemble

 

Dans sa démarche exponentielle, ce jeune prodige exprimera ses émotions au son d’une mélodie abstraite de sa valeur en palliant sa force de caractère et son génie intemporel suite aux abus dont l’art se fait habituellement féconder. Cette détresse inassouvie dont l’artiste use pour se réinventer pourra finalement atteindre son point de non retour face aux aléas du temps. Concevoir, transcrire, émettre, disparaissent à la lueur du soleil laissant transparaitre un trou noir, devient en quelques secondes une valeur ajoutée dans le domaine de l’implosion artistique.

 

Cela expliquera son indignation sur l’écriteau « Non à la politique culturelle du ventre ». L’artiste performeur Snak Zobel dans sa transparence nous démontre sa non-conviction et son non-conformisme, face à ces suceurs et buveurs de semences, que le combat peut être mené en récupérant sa réelle personnalité si on peut et veut procréer. Hanté par son génie, ce jeune homme dont la vision et le regard se confond mutuellement, nous entraîna ce mercredi 27 juillet 2016 au quartier Mvog-Ada à Yaoundé, sans le savoir (ou pas) vers une justice équitable de son émoi. Il fait ainsi un clin d’œil aux pouvoirs publics afin de ne point dénaturer l’essence même de cette nature culturelle que représenta l’artiste et son bouclier (l’art).

Lire aussi :

http://fr.blastingnews.com/consommation/2016/07/l-apparition-de-la-grippe-aviaire-met-le-secteur-avicole-du-cameroun-en-danger-001006135.html #Internet #Afrique #Cameroun