Nerve, le film sensation sorti sur les écrans français en août 2016, aborde le sujet de notre identité virtuelle, thème très actuel avec l'émergence de différents réseaux de communication pour partager nos lieux favoris, nos vidéos, nos photos, nos goûts et notre état d'esprit du moment sur le web.

Nous révélons beaucoup d'éléments de notre vie privée sur le net et sommes exposés sans cesse au regard des autres sans toujours prendre conscience de la portée de notre audience.

Si le virtuel commençait à contrôler le réel et à mettre à profit toutes ces données en ligne sur notre vie privée, que ferait-on alors ? C'est ce qu'il se produit dans le jeu Nerve dans lequel on peut devenir soit voyeur en payant pour regarder les défis de l'autre catégorie, les players, qui relèvent les défis postés par les membres pour gagner de l'argent. 

Adrénaline, dépassement de soi et fougue permettent à des lycéens de devenir quelqu'un d'autre, de briller sur la toile en devenant les stars du jeu. Mais le jeu dérape et tandis que les défis s'enveniment, il n'est plus possible aux protagonistes de faire marcher arrière ou de renoncer, sous peine que leur vie devienne un enfer...

Nerve : le synopsis

La jeune Vee souhaite se détacher de son côté trop rangée en se lançant dans l'aventure Nerve pour montrer à ses amis qu'elle peut devenir un player et non pas se contenter d'observer sa vie. Elle se prend au jeu du premier défi, embrasser un inconnu dans un bar, et fait alors la rencontre de Ian, un autre player avec qui elle devra transgresser les règles et gravir les échelons jusqu'à la finale, où il n'est plus question de petits challenges mais de mettre sa vie en jeu.

Nerve : mon avis

Trahison, jalousie, amitiés et besoin de découvrir son identité donnent un écho plus que réaliste à ce film. Si le film extrapole le web de par ce jeu fictif, version extrême de Youtube, Facebook et Instagram, il n'en reste pas moins que nous avons depuis quelques années une identité virtuelle en parallèle de notre vie de tous les jours et que nous y mettons beaucoup d'informations. Notre vie se façonne en quelques statuts, quelques photos retouchées, et les vrais sentiments passent après la représentation. L'anonymat des « haters » très explicite dans le film, a déjà valu à quelques célébrités des critiques acerbes, un voyeurisme sans bornes et qui peut se révéler nocif, notamment lorsqu'on est harcelé moralement en pleine adolescence, encaissant des critiques d'inconnus sans avoir forcément la possibilité d'y répondre.

J'ai aimé le rythme du film qui est entraînant et même grisant. Durant les défis, on a une réelle empathie pour les héros et cela m'a vraiment parlé. Le scénario est bien en place, même s'il y a un côté très teen movie et que le film tend peu à peu vers une sorte de Hunger games, sortie que j'ai trouvé plutôt facile car relever des défis ne se transforme pas d'un claquement de doigts en affrontement par arme à feu, la plupart des gens sont tout de même capables de faire la part des choses. Cependant je lisais hier que des jeunes font des nuits blanches pour chasser des pokémons durant huit heures avant de retourner au boulot et bravent les interdictions à entrer dans les monuments et jardins publics, alors je reconnais aisément que le danger ne réside pas vraiment dans le jeu, mais dans ce que les gens décident d'en faire, comme le souligne Nerve.

Enfin, j'ai apprécié les messages du film, entre la romance qui naît entre les héros dans le réel et le courage face aux obstacles, ainsi que dans la dénonciation d'une société en quête de sensationnel et d'images chocs, qui ne connaît plus les mêmes limites une fois derrière l'écran. Nerve parlera à la génération connectée aux #Réseaux sociaux et aux parents en quêtent d'informations, parfois dépassés. Je vous invite à voir le film, qui sera à la fois un bon divertissement et l'occasion de réfléchir à nos interactions en ligne.

Avant toi, l'émouvante adaptation au cinéma

La couleur de la victoire, le biopic des JO  #Cinéma