Fermé depuis deux ans pour rénovation, la Fondation Dina Vierny qui siège au Musée Maillol à Paris se paye l'audace d'une rétrospective orchestrée par le très truculent et créatif Ben Vautier.

L'exposition présentée à Bâle l'hiver dernier comprend une section historique confiée au directeur du Musée Tinguely et une section contemporaine que Ben lui-même a conçue.

Pour Ben Vautier, l'art reprend le quotidien

Pour Ben, l'art est en question, l'#Art est le lieu de la question peinte et rédigée sous forme de mots et d'images reprenant notre quotidien le plus ordinaire avec humour et ironie. Figure majeure des années 50, affilié au mouvement Fluxus, il reste l'un des artistes les plus populaires en France, connu grâce à la diffusion commerciale de ses oeuvres sur les objets du quotidien. La frontière entre l'art et la vie est sans cesse remise en cause et effacée, questionnée par des actions, des phrases et des interventions aussi simples que puissantes. Comme Yves Klein et Manzoni en Italie dans les années 50, il a usé de l'appropriation du monde par la signature.

Le premier étage présente la section historique de l'exposition et les débuts à Nice de l'artiste comme performer de rue, théoricien de l'art et grand brouilleur de catégorie en compagnie de Klein Martial Raysse et Arman avec qui il a fondé l'école de Nice. Il a été l'un des premiers artistes de rue après les situationnistes.

Le Musée Maillol confie son rez-de-chaussée à Ben

Le rez-de-chaussée est confié à Ben qui a conçu un espace thématique relié à sa création la plus récente avec la « mort », la « peur », les « petites idées ». L’art y est plus que jamais l’expression d’une activité critique de l’esprit plus que production d’objets. Les questions essentielles de l'esprit humain y sont relayées avec humour, sarcasme et ironie et avec une liberté qui permet de jeter un regard sur le monde plus clair et plus léger. Des oeuvres inédites de l'artiste indépendant sont présentées à côté des sculptures d'Aristide Maillol conservées au Musée. Un partenariat avec la Poste a été mis en place pour la création d'une oeuvre participative à laquelle peut collaborer le public. #Paris culture