Tous les passionnés de #Lecture vous le diront, perdre un livre est une véritable torture ! D’aucuns ont même beaucoup de mal à, ne serait-ce que prêter un livre de peur qu’il ne soit jamais rendu par l’emprunteur. Chat échaudé craint l’eau froide, on ne récidive donc pas dans un prêt que l’on peut imaginer perdu d’avance. Pour tous les passionnés, un livre c’est un trésor que l’on vénère, que l’on adore, que l’on dorlote. On chérit sa couverture (pas chauffante, mais…) qui réchauffe tout de même. On aime son odeur, celle de l’encre si particulière qui enivre. Et, pour peu que le livre soit ancien, c’est encore meilleur, on atteint les summums du zénith à la limite du Nirvana ! On affectionne son papier de tout grain, soyeux à souhait. Bref, le livre est un objet à part, un objet de collection, qui a une véritable valeur dans le cœur des lecteurs.

 

Le livre voyageur fait des émules... Un abandon pour la bonne cause !

Alors quand l’idée est lancée d’abandonner un livre, en grande partie par le bouche-à-oreille, pour le rendre voyageur, avec beaucoup de difficultés, on a du mal à s’imaginer faire partie de ces courageux, bravant l’amour du livre pour s’en séparer. Toutefois, quelques-un(e)s se lancent, suivi par d’autres, puis d’autres encore, construisant ainsi une communauté de Chasseurs de #Livres près à (presque) tout pour partager leurs lectures, les faire découvrir aux inconnus qui mettront la main sur ces livres "abandonnés". On les retrouve au hasard sur tout le territoire français, du Berry à Enghien en passant par la Bretagne (avec ou sans sabots) ou encore Paris et alentours, la Côte d’Azur, par exemple, mais aussi au-delà des frontières francophones. C’est le cas en Grèce, en Belgique comme à Liège, Floreffe ou Verviers, pour ne citer que ces trois lieux. Certains se laissent également aller au plaisir en déposant un livre au cours de leur voyage dans différents pays.

 

Chasseurs de livres pour des livres voyageurs… sans frontières !

Mille raisons pourraient nous venir à l’esprit pour participer à un tel concept. Le plaisir de donner sachant que d’autres personnes qui nous sont inconnues n’ont pas forcément les moyens de s’adonner au plaisir de la lecture. Le partage de ce que l’on possède, ou d’une histoire que l’on a aimée, nous permettre de découvrir un livre que l’on n’aurait peut-être pas acheté soi-même, faire découvrir un auteur pas forcément très connu, etc. Les raisons peuvent être multiples. Donc, il faut le dire tout de même ; on retrouve des livres un peu partout. Toujours bien emballé dans un plastique transparent pour le protéger de la pluie, rien d’anormal à cela, pour des amoureux des livres. Chaque ouvrage est accompagné d’un petit mot à l’intention de celui ou celle qui le découvrira, proposant même de rejoindre la page Facebook dédiée aux Chasseurs de livres, ou chacun poste les photos de leurs livres déposés, ou trouvés.

 

Pour la Belgique : https://www.facebook.com/groups/554284188095002/

Pour la France : https://www.facebook.com/groups/901164383322702/

Pour la Tunisie : https://www.facebook.com/groups/1633861270258509/

D’autres groupes existent également par région et pour d’autres pays. On murmure également, d’après un adepte, que même des auteurs se prennent au jeu en "abandonnant" leurs propres livres. L’hashtag #unbouquinnestpasunlivre circule sur le Net à ce propos. Quelle belle publicité que celle du bouche-à-oreille découlant du livre voyageur ! Vous l’aurez donc compris, pour être Chasseurs de livres nul besoin de conditions particulières, nul besoin de quelque compétence, juste le désir de partager son amour de la lecture avec d’autres amoureux du genre. Alors, à vos livres… partez !

 

Vous avez un avis sur le sujet, dites-le en commentaire.

Vous avez aimé cet article, partagez-le ! #Chasseursdelivres