À Reykjavik, capitale de l'Islande (120.000 habitants), se trouve un phénomène qui s'efface peu à peu dans le reste du monde: l'écriture. On considère que sont publiés 5 livres pour 1.000 habitants. Ce qui est quatre fois supérieur à la France.

Publicité

 

Une ancienne tradition

À l'époque de l'après-guerre naît une tradition : offrir un livre à Noël. Les magasins étant vides dû à la restriction de l'État en matière d'importation, seuls les livres étaient accessibles. Ainsi les habitants achetaient un livre en guise de cadeau de Noël. Cette tradition perdure encore en #Islande. La langue n'a pas évolué depuis le Moyen-Âge. Les sagas sont des récits relatant des faits de vengeance, de bravoure et de clans.

Publicité

Ces récits qui datent du IXe siècle au XIe siècle, sont compréhensibles pour des enfants, tant l'islandais est resté très proche de sa langue originelle. Les sagas ont beaucoup influencé la #littérature anglo-saxonne.

 

Quand la littérature rencontre la politique

En 2008, lorsque le pays est en faillite, on s'attendait à ce que les maisons d'édition et les librairies ferment. Mais c'est l'effet inverse : les habitants se réconfortent dans la littérature et les ventes augmentent. Lors de la révolte contre les responsables de la faillite, intellectuels, artistes et écrivains étaient en première ligne. Le président actuel de l'Islande, Gudin Johannesson est spécialiste de l'histoire politique. Il est aussi connu pour avoir la faculté de démonter toutes les légendes nationales. Comme son intervention sur l'Islande - ou la plus vieille démocratie du monde - qui n'est en fait qu'un mythe qui cacherait la vraie nature du "Parlement", c'est à dire un rassemblement de sauvages dans le but d'améliorer les conflits entre clans.

Publicité

Durant les années 70, l'Islande est entrée en conflit avec le Royaume-Uni au sujet de la "guerre de la morue" où les anglais avaient abandonné face aux Islandais. G.Johannesson avait affirmé que leur victoire se devait plus au bon vouloir des anglais plutôt qu'à la petite armée islandaise, ce qui a valu une polémique autour de ses dires.