Des nuages sombres s'amassent menaçant, au-dessus d'une petite chapelle blanche au toit d'ardoise bleue. Les arbres frissonnent sous les bourrasques de septembre chargées d'humidité. Un étrange navire de bois et de métal tire sur d'invisibles amarres, impatient d'entreprendre un voyage exceptionnel. Des passagers curieux et avides d'aventures attendent d'embarquer  prêts à vivre un périple temporel. Après avoir remonté le cours de vingt siècles d'histoire, ce voilier futuriste, jettera l'ancre dans son port d'attache, l'exotique et antique #Ratiatum. Cette scène n'est pas tirée du film  "Retour vers le futur" de Robert Zemeckis, nous sommes le 17 septembre 2016 et vous vous tenez devant le si poétiquement nommé #Chronographe. Il suffit de franchir la passerelle de cet élégant bâtiment pour commencer un voyage qui vous plongera au coeur de la vie trépidante de Ratiatum.

 

Mentionnée par Strabon et Ptolémée

Située sur l'actuelle commune de Rezé, Ratiatum est née sur la rive sud de la Loire, cette frontière liquide qui délimite la Lyonnaise au nord et l'Aquitaine au sud, et était rattachée au territoire des Pictons. La mise au jour des vestiges de cette cité portuaire a ouvert tout un champ de connaissances sur la vie quotidienne des Gallo-Romains. Le chronographe qui ouvrait en avant-première ses portes à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine constitue l'aboutissement de la mise en valeur du patrimoine archéologique correspondant à 150 ans de recherches sur ce site.

Les campagnes de fouille ont permis de dresser le plan d'une ville portuaire complexe, organisée en quartiers vivant du commerce et de l'artisanat. Son l'activité se concentre entre le premier et troisième siècle de notre ère. Les dernières campagnes de fouille se sont focalisées sur la dynamique du fleuve avec la mise au jour d'un quai aux dimensions impressionnantes témoignant de l'importance de la cité antique. Localisée au carrefour des voies fluviales, maritimes et terrestres, Ratiatum occupe une position stratégique qui lui vaut d'être mentionnée par les géographes grecs Strabon et Ptolémée.

 

Le site archéologique le plus fouillé des Pays de La Loire

Juillet s'est achevé sur une douzième et ultime campagne de fouille qui marque la fin d'une étape dans la vie du site de Saint Lupien (du nom de la petite chapelle sise sur le site). Si Ratiatum est loin d'avoir révélé tous ses secrets aux 350 chercheurs et étudiants qui ont oeuvré sur le site, sous la direction de Jimmy Mouchard, archéologue à l'Université de Nantes, c'est maintenant au tour de Cécile de Collasson, responsable du Chronographe  de prendre le relais. Son rôle est de rendre digestes et intelligibles au public néophyte les résultats de toutes les campagnes de fouilles "du site le plus fouillé des Pays De la Loire" selon ses propres mots.Pour mener à bien cette tâche elle sera épaulée par Ophélie de Peretti, l'archéologue municipale depuis 2005 et de Ronan Viaud, responsable des archives à la mairie de Rezé

Fin 2010, le projet débute avec le recrutement de deux architectes Berranger et Vincent qui se sont vus confier la  réalisation  des plans de l'édifice. Le résultat est une structure de béton habillée de bois, surmontée d'une terrasse et d'un belvédère de 16 mètres surplombant le site de Saint Lupien et le paysage urbain environnant. Il comprend également un niveau d'exposition permanente et un rez-de-jardin réservé aux ateliers pédagogiques et aux expositions temporaires. D'une surface totalisant 700 m2, l'édifice offre un espace généreux et modulable entièrement dédié à l'histoire  de Ratiatum et à la présentation de la civilisation gallo-romaine. La large utilisation du multimédia et de la technique 3D aidera le public à s'immerger dans la vie quotidienne de la cité portuaire antique. Lors de la visite, les grands écrans étaient aveugles et muets, mais ils n'attendent que le regard curieux du public pour s'animer et le happer  dans la spirale à remonter le temps. Ouverture prévue début 2017. #Archéologie