Les débuts de Stromae

Stromae, alias Paul Van Haver, commence à s'intéresser à la #Musique à l'âge de onze ans. Sa mère l'inscrit alors à l'Académie musicale de Jette pour y prendre des cours de solfège et de batterie. En 2000, il débute des études en cinéma et s'oriente vers le métier d'ingénieur du son. Avec ses économies, il réalise son premier opus sous le pseudo de "Stromae" qui signifie Maestro en verlan, faisant allusion à l'influence des rappeurs qu'il suit alors avec intérêt.

L'arrivée du succès dans la vie de Stromae

Le chanteur, qui souhaite initier un flot dans ses mots à l'instar de Jacques Brel, l'un de ses modèles, se fait repérer alors qu'il travaille pour la radio NRJ de Bruxelles en 2009. Il connaît un succès immédiat auprès du public avec son premier titre "Alors on danse". 

Si au départ il publie ses chansons en ligne sur le net, il crée ensuite sa propre maison de production "Mozaert", autre anagramme de "Maestro" et confie la promotion à Universal. 

Les ventes montent en flèche si bien que l'album "Cheese" érige Stromae en véritable révélation musicale. 

Stromae, un chanteur icône

Le dernier album du chanteur, "Racine Carrée", confirme le statut emblèmatique du belge qui a su conquérir à la fois ses pairs et le public, élément assez rare pour être souligné. Chaque single y devient un tube, de "Formidable" au dernier en date "Te quiero". Il y aborde son rapport à l'amour et à ses rêves mais aussi des thèmes plus graves et plus atypiques comme la paternité, sujet sensible pour celui qui a perdu son père au Rwanda et s'est marié en 2015 à la styliste Coralie Barbier. On peut dire qu'il a trouvé son équilibre entre vie privée et vie professionnelle pour s'épanouir sur tous les plans et combattre ses démons par la musique. 

Il part désormais à l'assaut des Etats-Unis pour promouvoir ses derniers titres dans les festivals de musique et notamment d'electro. Entre ses looks singuliers et excentriques et l'originalité de ses textes, traduits également en anglais, nul doute qu'il saura conquérir les américains toujours en quête de nouveauté comme il a su séduire les scènes européennes. 

First date, un rendez-vous mythique au cinéma

Nerve, quand les réseaux sociaux contrôlent nos vies #Belgique