Quelquefois, tout n’est dû qu’au hasard, certainement, avec le soutien du bon goût. On aime les ##Livres tandis qu’on ne peut pas lire tout. En ce qui concerne le cas de Guillaume #Musso, c’est un couple qui m’en a parlé pendant leurs vacances. Ils m’ont régalé avec le livre ‘‘Central Park’’.

Aujourd’hui, après avoir lu aussi ‘‘Demain’’, ‘‘L’instant présent’’ et ‘‘La fille de Brooklyn’’, je suis arrivée à la conclusion que l’art narratif de Musso ne peut pas être compris en dehors de la vie contemporaine fragmentée. Les ‘‘petits riens’’ que Musso laisse échapper y forment l’ensemble du mystère afin d’être abordé et à la fin résolu. Puisque le déjà connu reste à être inconnu, dans le cadre des mutations à travers une narration tout à fait visuelle.    

L’importance du secret

Dans ‘‘La fille de Brooklyn’’, cette fois l’accent se met sur l’importance du secret comme facteur de la liberté personnelle et trait d’identité. A titre d’exemple, pour Anna, la réalité est plus forte que les mots. Mais, pour Raphael, à travers les mots, tous les secrets révélés peuvent nous conduire au chemin de la liberté. Voici donc les deux positions contraires dont la synthèse engage les lecteurs en leur offrant un style narratif très vivant du toujours de brève durée. Musso s’interroge sur les valeurs interactives-argumentatives de la convivialité et de la vérité.   

L’amour pour les livres et la littérature

Ce n’est pas pour rien que quelques caractères de Musso sont aussi écrivains et se plongent dans leur passé. Ici on est au courant que "les livres ne sont pas des enfants. Les livres ont une singularité qui confine à la magie". 

Dans ‘‘La fille de Brooklyn’’, entre deux tendances, celle du Marc qui voit la situation comme un flic, et l’autre du Raphael qui la voit comme un romancier, les lecteurs sont en train de trouver la solution du mystère, quelle est vraiment la fille de Brooklyn ? Jusqu' à la fin, on attend le renversement de la situation si on connait bien le style de Musso. Il s’agit d’un enjeu entre les temps et les personnes qui agissent.

L’éventail de possibilités

Dans le cadre d’une écriture polyphonique, Musso peut agir comme le magicien incroyable des mots qui sait comment nous séduire en ouvrant l’éventail de possibilités. Ainsi il cherche à épuiser le déjà connu. Les petits détails comme celui de Bilberry street s’associent aux grands sujets de l’oubli, de la mémoire et du mélange du temps.   #Lecture