La poésie n’est ni plus, ni moins, le partage de diverses idéologies pensées, accumulées, inventées, énoncées et même données sans ambages à celui qui les reçoit de manière succinctes et peu calculées. S’empêtrer docilement dans un univers peu commun, permet à cette dame de planter son essence au plus profond de notre imaginaire afin de faire ressortir en chacun de nous cette originalité qui nous définit parallèlement. Anne Cillon Perri, célèbre poète camerounais, sera pour cette édition, la figure vivante dont devrait s’abreuver la littérature face à nos revers intemporels et discourtois. La plume plurale (association à but non lucratif) organise pour cette 5e édition, le festival Escales Poétiques, avec pour thème : « l’amour, gage de protection sociale ». Le festival sera ponctué de différentes activités dont des intermèdes musicales, des lectures de poésies, des performances artistiques avec le performeur connu de tous Christian Etongo et de la danseuse Mireille Akaba, et enfin d’installations de plants d’arbres pour une symbolique universelle de cette discipline. La poésie entrainante, draineuse de velléités sous-jacentes, inocule malgré elle, l’amour aux Escales Poétiques

La littérature revêt la plupart du temps, cet aspect mystérieux et impressionnant entre chacune de ses marges lorsqu’on s’y abreuve sans états d’âmes et sans complexes. Parler de poésie nous submerge allègrement dans ce lyrisme de mots écrits, chantés ou énoncés entre de nombreuses sensations d’épanouissement et de découverte. Certains vous diront « sans amour, il n’y’a point de vie », d’autres effleureront cette paraphrase de manière illusoire afin d’y déverser leurs biles de revendications. Pourtant l’amour illustre parfois nos sociétés, défit le temps, inverse cette courbe de normalité qui nous tiens inlassablement comme une seconde peau, et devins quelque peu amatrice d’une chronologie vitale souvent imposée. Que réellement penser de l’amour lorsqu’il s’invite en soi ? Vise-il à surprendre ? Aux Escales Poétiques cette année, ce gage de protection sociale, illuminera naturellement son éclat durant tout le festival.

Anne Cillon Perri, de la plume au Nobel à Escales Poétiques

Revendiquer une appartenance, porter une identité, feindre l’ignorance, se réinventer peuvent résulter d’une sinécure des plus extraverties suivant un idéal bien donné. La poésie s’invite généralement sans qu’on ne la lui propose face à tous ces dilemmes. Anne Cillon Perri de son véritable nom Pierre Collins Nna, représente indéniablement l’une de ces facettes dont le #Cameroun peut s’en vanter. Très impliqué dans ce domaine littéraire, le festival Escales Poétiques lui rend hommage non pas à titre posthume mais de manière constante et réelle. Cravaché entre son univers versatile dont les lambeaux ne cessent de s’effriter, ce poète camerounais nous implique sans gêne dans le dépassement de sa pensée première afin de nous transporter vers sa pensée initiale. A partir du 2 au 5 Novembre 2016, le FIIA à Yaoundé, recevra ce festival de poésie pour sa 5e édition, du promoteur et directeur artistique, Fleury Benjamin Ngamele. #Internet #Art