Que le style rhétorique au sens moderne, celui d’un Tom Robbins, naisse dans l’actualité visée par la littérature contemporaine, où la langue ‘‘se déroule’’ entre les phrases, les symptômes grotesques et ses phénomènes paradoxaux : telle pourrait être la tendance de Jonas Jonasson(1961-), écrivain suédois, afin d’offrir aux lecteurs du monde entier un roman de vitesse, de carrefours et d’une réalité tragicomique. Grâce à sa fiction, qui ‘‘habite’’ le monde comme chaos, ruine ou théâtre, on s’accroche à une écriture dont l’origine est un palimpseste. Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, libre après une vie de prison, s'associe à Per Persson, réceptionniste d’un hôtel malfamé, et à Johanna Kjellander, pasteur de la globalisation. L’agence de châtiments corporels s’agit de leur but commun. Donc, Per et Johanna, eux, amassent les billets. Comme le métier du pasteur et du réceptionniste s’exercent en uniforme, la scène est là, dans le jeu visuel à propos d’une culpabilité innocente, d’une corruption au nom de Dieu. Malgré les tabous, les héros de Jonasson s’avancent et interviennent comme compensation au sentiment du vide et de la résignation sociale.  

Un message tragicomique de Jonas Jonasson

Si on devait chercher le message tragicomique dans L'assassin qui rêvait d'une place au paradis, celui-ci pourrait être regroupé dans la phrase de Bernard Le Bouyer de Fontenelle : "Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant.". Je ne sais pas si l’ironie est le prix payé par nos générations à la perte du tragique grec, de toute façon on découvre la Bible et renonce à la violence avec Dédé. Ses amis prennent les choses en main et, comme deuxième étape, Dédé va obtenir son église. Cette décision souligne le tragique moderne, surtout, le désir impropre du propre. En guise de conclusion, Jonas Jonasson, ancien journaliste et consultant pour les médias, dans son troisième livre, utilise son humour comme stratégie médicale pour s’opposer aux obsessions de facebook et à la société du spectacle. Cependant, chacun est condamné à explorer parallèlement les opportunités offertes par son individualité.   

Jonas Jonasson (Auteur) Laurence Mennerich (Traduction) Paru le 18 février 2016 Roman. En Grèce paru le 22 septembre 2016, Grigoris Kondylis (Traduction), éditions Psichogios#JonasJonasson #Livres #Lecture