En matière d’étoile, Yvette Chauviré était plutôt du genre « filante ». Née en avril 1917, elle entre à 10 ans à l’école de #Danse de l’Opéra de Paris pour intégrer le corps de ballet 5 ans plus tard en 1932. Très vite, elle grimpe les échelons, passant de sujet à première danseuse pour devenir étoile le 31 décembre 1941, à l’issue de la première de « Ishtar », ballet de Serge Lifar dans lequel elle interprétait le rôle-titre. Ce n’est qu’en 1972 qu’elle fait ses adieux à la scène, à l’âge de 55 ans. Elle ne quitte pas pour autant le monde de la danse puisqu’elle transmet tout son savoir-faire aux étoiles qui lui succèdent à l’Opéra de Paris.

Durant les 40 années où elle a foulé, de ses pieds, les parquets enduits de colophane, Yvette Chauviré a eu l’occasion de camper les plus grands rôles du répertoire classique de la danse. « Le Lac des cygnes », « La Belle au bois dormant », « Roméo et Juliette »… Sa grâce et la perfection de sa technique illuminaient la scène sans pour autant éclipser ses partenaires dont le jeu était, bien au contraire, magnifié par la présence à leurs côtés d’une si grande artiste. Mais c’est surtout son interprétation de « Giselle » en 1949 qui marqua les esprits jusqu’à la faire entrer dans la légende. Sous ses traits, la paysanne tentant de sauver son amant de la vengeance des wilis se parait d’une élégance et d’un raffinement sans pareils. Chacun de ses mouvements dégageait une émotion telle que le temps semblait suspendu et le public avec lui.

Une grande dame à plus d’un titre

Danseurs, chorégraphes, critiques et public averti s’accordent pour dire d’Yvette Chauviré qu’elle était, sans nul doute, la plus grande ballerine française de ce siècle. Noureev lui-même, et bien que plus jeune qu’elle, voulait pouvoir danser avec celle qu’il admirait ! Elle fut, de fait, l’une des rares étoiles et la seule française à se voir décerner la distinction suprême de « Prima ballerina assoluta », titre conféré aux ballerines connues et reconnues pour leurs talents hors du commun. Et son rôle dans le monde artistique lui valut également d’être nommée Grand Officier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur, Grand-Croix dans l’Ordre nationale du Mérite et Commandeur dans l’Ordre des Arts et Lettres, des distinctions à la hauteur de son talents ! #Yvette Chauviré #Musique