Peindre ses émotions, sa vie, ses pensées et le reste semble pour le commun des mortels assez représentatif d'un artiste. Faire fi de ses aspirations et commettre ses peurs et ses angoisses sur une toile requiert assurément une accalmie de pensées subsidiaires. Eliane Monique Bitkoka, jeune artiste plasticienne, nous présente ses toiles sorties de son imaginaire dans son plus simple élément. Enseignante dans le domaine artistique, cette jeune dame à l'esprit réservé peint avec une finesse et un dédain pluriels, afin d'exprimer le partage et la communion entre les êtres que nous sommes et le monde qui nous entoure. Issue de la première promotion Centre de Formation Artistique de Mbalmayo au Cameroun, Eliane Monique Bitjoka aime parler de son environnement et de sa culture afin de pouvoir ressortir la beauté de chaque chose et de chaque objet comme elle le ressent. Egalement imprégnée du monde de la mode, cette jeune talentueuse confectionne des bijoux en matériaux divers tels que le bois, le bambou, le rotin et les tissus en tout genre. Très impliquée dans son travail, elle participe régulièrement à des manifestations et présente ainsi ses créations personnelles qui sont également des accessoires de mode. Cette artiste accomplie nous donne rendez-vous le Jeudi 10 Novembre 2016 au Café de France à Yaoundé, et durant tout le mois de Novembre, ses toiles seront exposées à l'IFC (institut français de Yaoundé).   

Peindre pour vivre est ma devise

Depuis très jeune, cette jeune native du Cameroun, s'est toujours sentie très proche de l'#Art et de la #Peinture. Engagée dans ses combats, elle intègre un centre de formation artistique afin de perfectionner son talent et faire vivre ses multiples créations extraordinaires. Ses toiles sont munies de couleurs uniformes et symboliques, vu l'entrain qu'elle met à faire rejaillir chacune de ses productions. L'être humain occupe une grande place dans ses objectifs en tant que concierge environnementale de la vie. La nature étant  le carburant de toute chose, ceci traduit la plupart de ses toiles, en mettant en exergue sa bestialité et son abandon face aux doutes et aux craintes. Comme elle le dit si bien : "lorsque je peint, l'ensemble des émotions que j'ai à l'intérieur de moi ressort simultanément. La société est en pleine mutation, dans un monde qui va désormais à la vitesse de la lumière. L'Afrique se doit d'être présente en apportant sa contribution au monde par le partage de sa culture en s'ouvrant naturellement aux nouvelles exigences". Egalement impliquée pour l'égalité des chances, Eliane évoque avec un certain tact  le problème des droits d'auteurs au Cameroun, qui selon elle, reste encore un sujet épineux et espère que les pouvoir publics pourront y remédier.

L'art peut tout changer si on s'y résout

Le FENAC (Festival National des Arts et de la Culture) a lieu du 7 au 13 Novembre à Yaoundé au Cameroun, et les artistes venus de tous les coins du monde y présentent chacune de leurs créations. Cette artiste plasticienne espère que ces créateurs d'idéaux et de pensées mettront en exergue l'art Camerounais et africain lors de cette exposition au Musée National. Le monde étant devenu un village planétaire, Eliane Monique astreint chaque peuple et civilisation à apporter sa pierre à l'édifice. En tant qu'artiste, elle compte partager à travers ses toiles la culture camerounaise et même africaine en s'ouvrant au monde dans les expositions nationales et internationales. Comme le disait saint Christophe; "Dieu Triomphe sur les ruines de productions". Ainsi ce mantra devient sans conteste le maitre mot de cette talentueuse jeune femme.     #Internet