Julie Cheugueu Nguimfack, cette jeune et belle camerounaise a été consacrée #Miss Cameroun 2016 le 30 Juillet 2016 aux palais des Congrès de Yaoundé, se voit annuler sa participation au grand show de Miss Monde 2016 aux USA. Jeune dame très engagée, cette beauté venue des plaines des grassfields de l'Ouest Cameroun, fait suite à une incompréhension face au COMICA (comité d'organisation de Miss Cameroun) et se retrouve privée de participer à cette grande fête de la célébration, de la beauté et de l'échange.

Activiste dans le domaine humanitaire, Julie Cheugueu lutte vaillamment contre la maltraitance des enfants, et s'occupe de la réinsertion des jeunes victimes de cette secte islamique Boko Haram dont le Cameroun subit encore les foudres jusqu'a nos jours. D'une personnalité exemplaire, la jeune fille se serait présentée seule à l'ambassade des Etats-Unis pour l'obtention d'un visa afin de tenter de sauver un projet que les actes et les manquements du COMICA avaient déjà compromis. En effet, cette commission, animé par des à priori, aura tôt fait d'écrire au service de l'ambassade des USA pour leur déclarer leur crainte de ne pas revoir cette jeune beauté revenir dans son pays d'origine après la compétition. Il s'est ainsi dépêché de faire des déclarations télévisées en colportant des rumeurs sur sa prétendue installation au pays de Donald Trump la célébration terminée.

Une femme, une couronne, un objectif, Julie Cheugueu une Miss proche de ses ambitions

Tout droit sortie d'ISMA une université de management basée à Douala, la jeune femme se lance dans le monde du travail en créant elle-même sa petite entreprise de management et de marketing. Son élection en tant que Miss Cameroun 2016, ne surprendra donc personne vu son altruisme et sa disponibilité pour les autres. Comme elle aime si bien le répéter: "je suis la Miss du Cameroun et non la Miss Julieu Cheugueu Nguimfack". Ses positions restent les mêmes, face à n'importe quelle situation ou à n'importe quel challenge. Depuis son couronnement, des inaptitudes et des incompréhensions n'ont cessés de se faire savoir. La démission de la première dauphine Audrey Aboula qui a enlevée son écharpe pour échapper aux menaces (écrites et verbales a-t-elle précisée) du COMICA aura rejeté la faute à cette organisation qui ne l'a pas comprise. Très affectée par cette décision, Audrey Aboula a à son tour décidée de tout stopper et de se consacrer à autre chose. C'est ainsi qu'on lisait le lendemain de sa démission : " Aujourd'hui je souhaite tourner la page Miss Cameroun, terminer mes études et me tourner vers l'avenir".

Le COMICA ou une nouvelle dictature face aux Miss Cameroun?

Julie Cheugueu, déçue de ne pouvoir représenter son pays lors de cette célébration de la beauté, remet en question la mauvaise gérance de l'organisation en accusant le COMICA de n'avoir pas donné a temps les attributs de son rôle (écharpe, et couronne pour son rendez-vous du 21 Novembre dernier) au consulat des Etats-Unis et du non paiement des frais de participation (Licence Miss Monde) d'une valeur de 2500$ (environ 1.500.000 francs CFA). Malgré cette méprise, le Ministère des arts et de la Culture soucieuse de l'image du Cameroun, a néanmoins remit une lettre d'accréditation qui hélas, n'a pas servie à grand chose vu que le visa a été rejeté.

Voulant informer son public et l'opinion publique, la jeune femme organise ce jeudi 1 Décembre 2016 à Douala une conférence de presse et un direct sur le net pour donner sa version des faits et sa réponse face aux accusations dont elle fait face. Nul n'étant à l'abri des déboires et de la rumeur, la vérité et l'égalité restent et demeurent les principales invectives à se parer comme bouclier face des attaques calculées et perverses. Miss Cameroun 2016, est, reste, et sera là pour une nouvelle dynamique et comme elle si bien le dire : " N'attendons pas le changement, soyons le changement, together we stand" #Internet #Beauté