L'#Art plastique revêt de nombreux pans de son interprétation que seuls les auteurs pourraient en découdre. Appliquer mutuellement une interprétation visuelle peut sembler peu loquace et désuet pour un non initié, par ailleurs, entrer simultanément dans cette vision surréaliste pour l'artiste apparaît ici comme une porte de sortie face à son imaginaire. C'est sur cette touche d'originalité et d'expression visuelle artistique que s'est réuni ce collectif d'artistes plasticiens la semaine dernière, afin de présenter une fois de plus leur travail au grand public. L'association RESTART a présenté les "DERNIÈRES PALETTES" de cette #Exposition collective le jeudi 8 Décembre 2016 à 18 heures, au restaurant "La Terrasse", sis au quartier Hippodrome à Yaoundé.

L'art et son aura peu prévisible, astreint le visuel à sa marge de passage

Une véritable oeuvre artiste est le plus souvent pensée et conçue dans l'imprévu le plus absolu selon le courant dans lequel voudrait nous faire pencher son auteur.

Publicité
Publicité

Exprimer ses émotions et son ressenti sur une toile est assurément le meilleur moyen d'extérioriser l'univers dans lequel l'artiste plasticien évolue. De l'impressionniste à l'abstrait, le coup de pinceau pourrait varier selon les clivages que veut représenter l'expression de chaque couleur et chaque objet présent. Le PASSAGE est ici cet aspect récréatif et spectaculaire que ces artistes au nombre de onze ont voulu exprimer en exposant leur travail au restaurant la "Terrasse" à Yaoundé. Cet espace culturel et gastronomique situé au quartier Hippodrome a toujours été d'un grand soutien aux artistes en devenir. Faire découvrir les talents des exposants est le but que s'est fixé ce partenariat d'avec le lieu et les acteurs de ce secteur de l'art.

L'exposition a donc commencé aux environs de 18h par l'artiste Guy Kede, ce céramiste qui a mis en exergue la tradition Bamoun et le partage de cet écriture symbolique qu'auront véhiculé ces Mfon (chefs traditionnels Bamoun) en voulant la faire partager au Cameroun et dans toute l'Afrique entière.

Publicité

A travers ses toiles 1er Mfon (40x120 cm), Vertige, xvi Mfon (40x120 cm) et la céramique quelque peu en détachée exprimera selon ses dire ce côté fragile de la culture et cette expansion multiculturelle face à cette communauté riche en histoire et en découverte. Ensuite s'en est suivi celui de Kaya Yede cette jeune plasticienne qui en était à sa deuxième exposition avec deux toiles dont Illud (Passage, 40x50 cm) qui à son tour a interprété sa vision selon laquelle il existerait un passage transcendant entre une ville et ses habitants. La Franco-camerounaise Reine Dibussi et ses toiles dont la plus remarquée EVNI Etoiles Vivantes non identifiées (53x73 cm), a parlé de ce monde de bande dessinée ou cohabitent plusieurs portes de sorties reliées à une déesse détenant des pouvoirs surnaturels. Le Photographe, peintre et curateur Landry Mbassi quant à lui nous a entraîné une fois de plus dans son univers sans entrave ni sous-entendu allant de l'ambition à la réflexion jeune.

Mayang Christian dans sa phase urbaniste a exprimé son travail sur le regard perçu de l'oeil face à flexibilité et la réalité de la vie dans nos villes actuelles.

Publicité

Ses toiles très appréciées ont fait l'unanimité notamment Dynamisme Urbain (51x51 cm). Eric Iloga (United color of Freedom, 100x100cm et Best friend 100x100cm) et ses deux toiles assez expressives en couleurs et en messages a illuminé l'entrée du restaurant de tout son éclat. Nyunai Ngan G (Visage 50x50 cm), Marie Francine Dongmo (Un instant...Une vie 50x50 cm) ont complété le tableau avec leurs avis réunis sur l'enfance et l'abstrait. Les absences de Samuel Dalle et de Germaine Ngo Nlend ne se sont en aucun cas fait remarquer malgré la présence de leur travail impressionnant accroché sur les murs. Une fois de plus l'art s'est démontré intrusif et percepteur d'idéologie suite à cette extraordinaire exposition collective. #Peinture