Lorsque l'#Art admet des dualités, l'effectif ne peut que se permettre de retracer son envol à travers son émulation. Parler d'art et de confort peut sembler subversif vu la non-transparence de son accomplissement au travers son interprétation. L'abstrait occupant le plus souvent une grande partie de l'expérimentation artistique, la rencontre de deux entités bien distinctes pourrait replonger cet aspect entre le visuel et l'incompris. Eliane Bidjoka et Didier Ebanda, deux artistes plasticiens au sommet de leur art, nous déversent sans crier gare, cette effusion de pensées, de modernisme et de d'interconnexion d'entre leurs émotions partagées par des idéaux si peu déductibles aux premiers abords.

Publicité
Publicité

L'artiste Didier Ebanda, pourvu de ses talents cosmiques, nous entraîneras une fois de plus vers ces sommes, ou pourraient résider ce socle vaillamment fissuré entre l'impressionnisme et la vie sur terre.

Eliane Bidjoka quant à elle, exprimera son vis à vis inter-humains face aux maux dont la société fait montre en évoluant dans son univers actuel. L'art aura excommunié son état de grâce face à ces amateurs d'art et curieux dont aucune explication n'aura été laissée au hasard. Il sera ainsi présenté leurs oeuvres sur le thème "Le Regard vers l'autre", au lieu dit OTHNI - Laboratoire de Theâtre de Yaoundé (situé au quartier Titi Garage en face de la fédération camerounaise de Nambudo) du 17 Décembre 2016 au 15 Janvier 2017. Afin de pouvoir lancer les activités, un vernissage de ces deux artistes plasticiens aura eu un succès probant et des échanges des plus significatives.

Publicité

Eliane Bidjoka et Didier Ebanda : Une dualité, une vision, un partage, le regard vers l'autre

L'autre est la plupart du temps considéré comme une impasse, peu explorée, voire disséminé sous un essaim d'incompréhensions et de déductions. Le regard de l'autre vient de ce fait amorcer une part de cet ensemble quelque peu désuet et pourvu de sens. Cette #Exposition collective d'entre ces deux visionnaires, sera stimulée de manière succincte a travers leurs peintures, d'où transparaissent divergence et préceptes existentialistes. Didier Ebanda, cet artiste camerounais dont les toiles font ressurgir son implication sur les entités qui nous entourent, pose une problématique des plus subversives pour l'autre. Des mois plus tôt, ses toiles avaient fait l'objet d'une exposition dans le cadre d'un festival de poésie a Yaoundé intitulé "Vibrations caloriques".

Eliane Bidjoka, appesantie sur ses interrogations face au cycle de la vie, transporte l'autre à travers le genre en alliant culture et tradition. Cet assemblage artistique permettras sans doute aux plus aguerris et même moins de se faire une opinion sur soi et notre entourage. #Peinture