En 270 après JC, la Gaule est autonome et dirigée par des empereurs dont les origines sont parfois inconnues : il en est ainsi de Victorinus, l'un des derniers à porter les lauriers de la couronne gauloise administrée plus tard par Rome. Il est assassiné comme le sont tous les hommes de pouvoir dont l'armée se lassent, faute de revenus à la hauteur de leurs espoirs. Victorinus pille Autun, la ville alliée des romains et l'un de ses hommes l'égorge pour des raisons inavouables ou sur ordre de Rome. Refuse-t-il un partage équitable du butin à ses guerriers ?

Victorinus est-il natif de la Novempopulanie ?

Autun mis à sac, il n'en faut pas plus pour voir se tramer des vengeances douloureuses pour #Eauze, dont est (peut-être !) originaire Victorinus.

Publicité
Publicité

L'auteur décide arbitrairement, pour les besoins du récit (et pourquoi pas ?) que ce noble est né à Eauze, y possède des biens, dont la villa de Séviac. Elle sert de décor à ce roman incroyable dans lequel Eauze et son trésor constituent le fil rouge de l'intrigue. S'il y a deux sites archéologiques à visiter en France, ce sont Glanum et son envoûtant site archéologique (lire : Les feux perdus de Glanum) et la villa de Séviac. Ici la Gaule, ses richesses, sa force, sa culture apparaissent à tous avec la même émotion qu' à Pompéi.

L'histoire du roman "le trésor d'Eauze"

IL EXISTE VRAIMENT : le trésor d'Eauze sera mis au jour en 1985 lors de travaux près de la gare. Il est composé de 120 kg de pièces, bijoux, objets d'art. Probablement amassé par un vendeur d'esclaves et proxénète : le sieur Libo.

Publicité

Il est exposé dans toute sa splendeur dans le musée d'Eauze qui lui est dédié. Dans le roman "le Trésor d'Eauze" il fait l'objet de recherches actives par les protagonistes de l'histoire : Arcadius, un géomètre qui échappe de justesse à un assassinat et perd ses deux jambes. Victor, le fils de Victorinus, un ami de Constantin, ses oncles, Régin son régisseur. Mais les meurtres s'enchaînent dans la villa de Séviac ou Victor et sa famille veulent profiter d'une période de paix. Arcadius en profite pour demander au sieur Victor, qu'il croit être le commanditaire de sa tentative de meurtre, de lui laisser mener l'enquête en attendant de pouvoir se venger.

Une époque ou la fraude fiscale est une aubaine pour les seigneurs

Arcadius, non seulement tente de comprendre qui tue sur la propriété, mais utilise ses compétences pour la redistribution de terre, évitant aux paysans de payer des impôts fonciers contre une protection active des grands nobles : ces lois fiscales sont à l'origine du pouvoir des seigneurs du Bas Moyen-âge. Mais les Dieux s'en mêlent : Mithra, le Dieu Soleil, le Christ ; les femmes aussi, dont la mère de Victor et une étrange fille nommée Uldes. Armelle enfin. La mort frappe sans distinction de classe. Séviac court à sa perte. Arcadius réussira-t-il à se sortir vivant et riche de ce panier de crabes ? #chris_chaillet