#PEYO et les Schtrumpfs s'installent du 13 Décembre au 31 Mars 2017 dans "The Black Wall" à Bruxelles. Ce mardi 13 décembre, la #Sabam (Société d’Auteurs Belge – Belgische Auteurs Maatschappij) organisait le vernissage d'une exposition qui mérite tous les détours. Rappelons que La SABAM, a pour objet la perception, la répartition, l'administration et la gestion (dans le sens le plus large du terme) de tous les droits d'auteur de ses membres en Belgique et dans les autres pays où sont conclus des contrats de réciprocité (avec ses sociétés sœurs, c'est-à-dire, avec les autres sociétés de gestion collective de par le monde). Créée en 1922 à l'initiative du compositeur Emiel Hullebroeck, la SABAM comptait en 2015 plus de quarante mille auteurs, compositeurs et éditeurs affiliés.

Publicité
Publicité

Contrairement à d'autres sociétés de gestion de droits, la SABAM ne représente pas que des musiciens, mais aussi des compositeurs, des paroliers, des éditeurs, des auteurs dramatiques, des scénaristes, des dialoguistes, des photographes, des auteurs de sous-titres, des réalisateurs, des traducteurs, des romanciers, des poètes, sculpteurs, des peintres, des dessinateurs et des chorégraphes. S'il est vrai que la SABAM a été par le passé sous le feu des critiques, il est également exact qu'elle a évolué de façon positive et que les changements opérés sont remarquables.

Peyo à l'honneur

C'est aux alentours de 19h00 que les portes du 75 Rue d’Arlon se sont ouvertes au public. Pas besoin de chercher l'adresse, la Schtroumpfette et le grand Schtroumpf nous attendaient devant l'entrée.

Publicité

Cérémonie émouvante, certes, mais que l'on retiendra pour les précieux instants qu'elle nous a fait vivre. C'est avec simplicité que le journaliste et critique de cinéma Hugues Dayez (RTBF) animera la soirée. Ce dernier, en compagnie des dessinateurs François Walthéry & José Grandmont, nous a rappelé le parcourt de Peyo et régalé par de nombreuses anecdotes. Sourires, éclats de rire et quelques pointes d'émotion (qui perlaient aux coins de beaucoup de regards) étaient au rendez-vous La description serait incomplète si nous ne relevions pas la présence de Véronique Culliford, fille de Peyo. On ne pouvait rêver plus bel hommage rendu au papa de Benoît Brisefer, Jacky et Célestin, Johan et Pirlouit, Poussy et, ne l'oublions pas : les #SCHTROUMPFS !

Et la Musique ?

C'est en 1958 que les Schtroumfs firent leur apparition dans le journal Spirou (La flûte à six Schtroumfs). Rapidement, (1959) les Studios TV Animation Dupuis réalisent 9 films de 13′ chacun. Ensuite, c'est l'emballement, l'engouement du public ne faiblira jamais et le grand écran fait partie de l'aventure.

Publicité

A propos de TV et Cinéma, en toute logique, la musique vient se joindre à l'aventure et prend par au succès. Qui n'a en mémoire l'une ou l'autre chanson interprétée pas les célèbres lutins? Le talentueux pianiste belge Jean-francois Maljean nous fit la surprise d'interpréter les ritournelles si souvent entendues et le public s'est laissé entrainer jusqu'à pousser la chansonnette.

Enfin, en clôture de la soirée, Jean-François nous a fait le plaisir d'interpréter "en chinois s'il vous plait", Shang Wenjie - Our Song" un clip qui fait fureur au pays des 1,3 milliards d'habitants. Un titre composé spécialement pour nos lutins préférés, destiné au marché chinois, et qui ne ressemble pas aux morceaux auxquels nous étions familiarisés. Les Schtroumfs, une aventure belge qui a séduit le monde... Heureux d'avoir été présent, je m'en suis retourné chez-moi avec ce côté enfantin qui, je l'espère, ne me quittera jamais. Merci Peyo, merci la SABAM. Peyo et les Schtroumpfs, du 13/12/2016 – 31/03/2017 au The Black Wall Rue d’Arlon 75, 1040 Bruxelles.