La #nature souffre, mais en vérité, dès que les causes touchent de près un milieu qui se l'approprie sans vergogne, tout le monde s'en fiche pas mal ! J'ai été choqué ce matin en lisant un post sur les réseaux sociaux et soigneusement illustré par une mère toute excitée à l'idée de pouvoir afficher sa marmaille : un attroupement de gamins penchés sur la dépouille ensanglantée d'un magnifique cerf. On sentait à quel point cette maman douée d'un magnifique sens de l'éducation assumée, jubilait à l'idée de pouvoir étaler un tel bonheur au yeux du monde. Il est certain que cette dernière n'a à aucun moment douté de l'enthousiasme et de la jalousie que déclencherait une telle image d'Épinal.

La tradition... Elle a bon dos !

Les réponses acerbes ne se sont pas faites attendre ! Les critiques et les remarques dégoûtées fusent ! Quelle pauvre petite mère, elle qui pensait évidemment qu'un tel spectacle réjouirait le petit peuple. Cela partait forcément d'un bon sentiment: quoi de plus généreux que d'ouvrir les grilles du domaine qui se livre à une telle pratique ancestrale. Et puis c'est bien connu, "la #Chasse à courre, au moins, ça ne pollue pas !" La chasse à courre c'est bien évidemment une nécessité absolue qui vise à préserver la nature, évitant par ailleurs, dans un silence de mort (pas de bruits de moteur, pas de coups de fusils... bon, à part les trompes de chasse...) que ces sales bestioles qui nous envahissent, ne continuent de détruire les cultures des paysans de la seigneurie. En somme, une belle tradition de salut public !

Les jeux du cirque. Une tradition à remettre au goût du jour ?

Le patrimoine national, la culture, l'héritage... que de grands mots appliqués à des activités sans aucun intérêt, si ce n'est celui d'un petit plaisir réservé à certains mordus. Et c'est le règne animal qui trinque ! Chevaux menés sans ménagement et souvent sans aucune préparation préliminaire. Gibiers poussés dans ses derniers retranchement et achevés à la dague, quand ce n'est pas noyés la tête sous l'eau d'un étang glauque, comme vu dernièrement sur certaines photos parues sur des réseaux sociaux.

Chacun fait ce qu'il veut... Moi je dis non ! On ne fait pas ce que l'on veut avec la nature. Elle n'appartient à personne, nous en sommes des infimes composantes. Je propose donc qu'on fasse courir à pieds ces prétendus chasseurs et qu'ils ne rentrent à la maison qu'après avoir tué à mains nues le gibier nécessaire à la subsistance de leur famille. C'était une tradition à l'époque des hommes des cavernes. Finalement, il y a des traditions qui valent peut-être la peine que l'on s'y intéresse. #Environnement