La Beat Generation est avant tout un groupe d’amis avides d’anticonformisme et de révolte face à une société de consommation américaine qu’ils trouvent absurde.

Parmi ce cercle d’amis, celui que l’on évoque le plus est Jack Kerouac, auteur de Sur la route, énorme succès dès sa publication en 1957, c’est lui qui a nommé ce mouvement. Dans les années 50, Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William Burroughs frappent très fort en prônant la liberté sexuelle ce qui influence la jeunesse américaine et choque l’Amérique puritaine, notamment en raison de l’homosexualité assumé de certains membres. La Beat Generation a influencé la musique, la littérature, la jeunesse et a inspiré de nombreux mouvements tel que le mouvement gay, Woodstock, manifestations contre la guerre au Viêtnam mai 68, les hippies… Le véritable message de la Beat Generation c’est la revendication de la liberté, la liberté de disposer de son corps comme on le désire, la liberté de faire nos propres choix, assumer et revendiquer notre idée en se moquant des jugements. Libertinage, #Drogue, alcool et soirées de débauche, c’est ainsi que l’on voit la beat Generation à l’époque, les membres n’hésitant pas à l’affirmer et le revendiquer. Les femmes avaient énormément de difficulté à assumer leur mode de vie, la société américaine les stigmatisant tel des trainées, droguées, perdues, folles… Dans l’histoire du mouvement, celle dont on retient le nom est l’épouse de William Burroughs, Joan Vollmer, tuée par balle accidentellement par Burroughs.

Des années 50 à aujourd'hui

L’actrice Winona Ryder a grandi dans un milieu hippie, ses parents étant amis avec des membres de la Beat Generation, elle a une enfance différente des autres, les drogues illicites (le LSD principalement) sont présentes tout comme l’amour de la littérature. Privée de jouets high-tech, l’anarchiste en herbe n’a pas d’autres solutions pour passer le temps que la lecture assidue, notamment de Salinger (ses parents tenaient une libraire). Sublime mais dépressive, addict aux médicaments tel que le valium, anti douleurs, entre autres, sexe libertin avec de nombreuses stars du rock, Courtney Love avait déclaré en 2004 « Tu n’es personne dans l’industrie du rock si tu ne t’es pas disputé avec moi ou que tu n’as pas couché avec Winona.”

Pour conclure, aujourd’hui, si les membres de la Beat Generation ne sont plus, on retrouve leur influence au fil des décennies. Précurseur de la libération sexuelle, symbole de la contre-culture, il n’y aurait pas eu d’hippies s’il n’y avait pas eu de « Beats », comme il n’y aurait pas tous ces mouvements, ni même peut être de road movie… #Révolution #Société