375 000 ! C'est le nombre d'oeuvres numérisées que le Metropolitan Museum de New York (MET) a rendu librement réutilisables, en les diffusant sous licence CC0 levant toutes les contraintes. Une contribution majeure aux Communs faite par cet établissement patrimonial, dans le respect de l'intégrité du domaine public. A noter que plusieurs oeuvres d'artistes français figurent dans les collections ouvertes, notamment des Nymphéas de Monet. Ce sera donc un musée américain qui aura rendu ces oeuvres emblématiques vraiment libres, alors que les autres versions restent toutes copyfraudées en France (Musée de l'Orangerie, Marmottan, Orsay).

Les licences Creatives Commons

Si vous êtes créatifs ou artistes et avez dû utiliser notamment de la musique pour un projet ou un court-métrage, vous avez été confronté aux contraintes que peuvent représenter le droit d’auteur. La nécessité d’avoir l’autorisation de l’ayant-droit (même si c’est légitime) pour utiliser une partie de l’œuvre peut vite devenir un obstacle insurmontable. Comment le contacter ? Où ? Devrais-je payer pour son utilisation ?

Pour plus de partage et de créativité

Les contrats de licence Creative Commons, au nombre de 6, permettent de surmonter ce problème. Simples à utiliser, elles permettent aux titulaires des droits d’autoriser le public à utiliser les œuvres, tout en ayant la possibilité de conserver l’utilisation commerciale et de spécifier différents degrés de liberté (au sens du logiciel libre). Ils existent différentes combinaisons possibles, selon ce que l’on est prêt à accepter ou à libérer. Ces contrats d’accès peuvent être utilisés pour tout type de création : texte, film, photo, musique, site web...

Simplicité, partage et respect

De nombreux sites très connus du grand public, comme Wikipedia et Flick par exemple, font déjà usage de ce type de licences. Malgré leurs potentiels, ces licences Creatives Commons sont encore très peu utilisées dans la production musicale ou audiovisuelle, même si de nombreux artistes reconnus s'y sont essayés. Il suffit d'aller sur Jamendo pour s'en rendre compte. Mais alors concrètement comment est-ce que cela fonctionne ? Comment placer ses œuvres sous licences Creative Commons ou utiliser librement une œuvre, sachant qu'on ne peut pas l'utiliser commercialement sans avoir obtenu l'accord de son auteur ? Un auteur choisit parmi les six licences existantes celle qui est le mieux adaptée à l'œuvre qu'il souhaite diffuser.

Toute copie ou communication de l’œuvre au public doit être accompagnée du contrat sélectionné qui peut prendre trois formes : un résumé explicatif pour les non-juristes, un contrat destiné aux juristes et enfin une version en code informatique html / rdf, qui peut être inséré facilement sur la page web. Ce code reproduira sur le site le logo Creative Commons avec un lien vers la version résumée du contrat sélectionné. #liberté #Culture #Art