Ce n’est pas du fleuriste de la Rue Ramey dont je vais parler, bien que j’en serais tout à fait capable, mais d’un #Roman tout mignon qui se déroule dans une jolie résidence du 8 rue Bonaparte. Il s’y côtoie tout un petit monde fort sympathique avec chacun ses particularités. Ces dernières allant parfois d’un extrême à l’autre, sous l’œil affûté de Madame Suarez, la concierge, qui tient son rôle avec quelques (gros) excès. Et dans ce lot, il y a aussi Ferdinand Le Brun, un octogénaire casse-pieds (parce qu’il y en a toujours un !). Il est arrivé ici lorsque sa femme l’a quitté pour un autre… le facteur. Il faut toujours se méfier du facteur ! Ce personnage qu’est Ferdinand est un homme toujours grognon, hypocondriaque invétéré, tendant à être quelque peu acariâtre, pour ne pas dire marginal et pour le moins asocial.

Publicité
Publicité

Entre lui et Madame Suarez, c’est une petite guérilla où chacun tire à boulets rouges sur l’autre. Pas toujours de manière très franche, d’ailleurs.

La seule à échapper à cet état du côté de Ferdinand, c’est Daisy, sa chienne, sa déesse, sa princesse. Pour cet homme, elle est toute sa vie, alors elle a tous les honneurs et tous les droits. Jusqu’au jour où elle disparaît. À partir de là rien ne va plus. Pour le vieil homme, c’est comme si le monde s’écroule. Tout le voisinage se verra confronté à ce râleur acariâtre qui ne se gênera pas pour s’en prendre aux uns et aux autres, mais aussi à lui-même. Parce que Monsieur Le Brun a du mal avec les gens, il ne les aime pas… tout simplement ! Sauf que rien n’est immuable, et l’arrivée de Juliette au-dessus de chez lui va bouleverser ce vieux monsieur.

Publicité

La rencontre avec cette fillette va chambouler l’homme et son quotidien, ses réactions et ses sentiments, sa vision des autres et de la vie, ce qui amènera par ailleurs d’autres bouleversements dans le reste du voisinage.

Mémé dans les orties, un roman court, mais fort !

Ce roman n’est pas très long, il se lit avec aisance et grand plaisir, même presque trop vite. Il est tour à tour touchant, émouvant et en même temps plein de fraîcheur. Aurélie Valognes signe ici un ouvrage piquant avec une tonalité pétillante et épicée. La couverture rappelle les nappes d’antan en vichy rouge, nostalgie de l’enfance pour ceux qui les ont connues, désuétude pour d’autres. Chacun des chapitres est titré d’une expression française courante donnant le ton pour la suite. L’écriture est fluide avec des chapitres sans trop de longueurs. En calquant nos quotidiens respectifs sur cette histoire, on peut être amené à quelques réflexions sur nos propres habitudes avec notre voisinage. Petit bémol tout de même sur la (trop grande) maturité de la fillette qui ne colle pas vraiment à l’âge annoncé.

Publicité

Mais, c’est un moindre mal.

En conclusion, nous avons là, un ouvrage très agréable, sympathique, presque reposant et en tout cas amusant, où les personnages sont, au final, véritablement attachants.

Informations sur le livre :

Titre : Mémé dans les orties

Auteur : Aurélie Valognes

Editions : CreateSpace Independent Publishing Platform

ISBN : 9781500550622

Disponible aussi au format numérique

.

Vous avez aimé cet article, partagez-le !

Vous avez lu ce livre, donnez votre avis en commentaire ? #Livres #Lecture