Vous souvenez-vous du jeune cinéaste, Hugo Poisson, dont le portrait avait été précédemment posté à l'occasion du Nikon Film Festival ? Aujourd'hui, le voici de nouveau sous le regard de l'actualité via la sortie du teaser de son court-métrage, Nico. Inspiré de Fight Club, il est aujourd'hui difficile de tracer avec exactitude le scénario du film, mais il promet déjà au public une belle image et des plans - pour la plupart, américains-, variés et rythmés. La musique, dont la patte d'Hans Zimmer est omniprésente, s'accorde avec le film et alterne des sonorités plutôt calmes puis assez intenses. Véritable actrice du film, elle habille les images.

Publicité
Publicité

Malgré toutes ces influences, il compte être original et surprendre, en faisant de son jeune âge (20 ans), un atout. Autant attentif sur la qualité de l'image que la mise en scène, l'image est une priorité. Cet extrait présage une tonalité assez froide et dur, comme ses protagonistes. L'alliance du bleu, du rouge, du jeu des flous et des lumières reflète la violence de la scène et bouscule notre regard.

Hugo Poisson l'évoque souvent, il assume parfaitement sa forte inspiration du #Cinéma américain d'action et de combats dans ses travaux. Le crescendo des scènes et de l'accélération de plus en plus saccadée des plans au fur et à mesure du teaser laisse imaginer un film plein de suspens. Le personnage de Nico nous amène à de nombreux questionnements. Qui est-il ? Pourquoi en arrive-t-il à cette situation ? Nous ne savons rien, aucune parole n'est prononcée et aucun indice n'existe sur lui.

Publicité

Beaucoup d'interprétations sont possibles et permettent au spectateur de se faire sa propre idée de l'histoire, créant indirectement un lien entre lui et le projet.

Nico, un tournage audacieux en prévision

Hugo Poisson montre son ambition durant cette minute intensive. Désormais, il veut jouer dans la cour des grands et le travail qu'il effectue pour la mise en place de Nico en est la preuve. Rien que pour réaliser le teaser, il a su mobiliser de nombreux figurants, les motiver, mais surtout, les impliquer dans son projet. Au total, seulement quatre heures ont été nécessaires pour tourner le teaser. Si cette réalisation a été un franc succès, Hugo Poisson compte redoubler d'efforts pour le tournage du film. Entre castings, discussions, remaniements, tests techniques et visites de lieux, il se montre très exigeant envers son film. A l'instar de nombreux grands réalisateurs, il en dévoile très peu sur la suite des événements. #courtmetrage #Jeunesse