Le premier très grand contraste entre les créations photographiques de Victor Garcia et la #photographie usuelle réside dans le temps d'exposition. En effet, la pratique de cet art en général est de saisir l'instant T, 1/25s à 1/1000s. Il s'agit d'un moment tel un point sur une tête d'épingle dans l'espace temps qui défile. Or Victor Garcia privilégie des temps de pose bien plus longs. Artistiquement, il se définit comme un "peintre de la lumière". " L’obscurité est ma toile, l’appareil photo, mon pinceau et mes sources de lumière, ma peinture". Par son choix artistique, la peinture de la lumière, il cherche à manifester une distinction sur trois plans.

Publicité
Publicité

Pour ceci il propose un bref rappel de l'histoire de l'art. "La première photographie date de 1826. Quand les peintres ont observé qu'un appareil pouvait reproduire à l'identique un paysage [comme dans la peinture classique] ils ont cherché un nouveau rapport à la lumière et aux formes", aux objets de leur environnement. "Et c’est alors que le courant impressionniste est né. dit-il. Tels les impressionnistes, il s’est orienté vers la recherche de la lumière. Pour dessiner ses œuvres, ce photographe peut utiliser quel qu’objet émettant de la lumière.

Plongé dans le noir de la chambre, il définit alors selon l'objet choisi si le mouvement doit être obtenu par celui de l'appareil photographique ou de la source lumineuse. Il opte en fonction du poids, de la pesanteur de l'objet, de sa maniabilité.

Publicité

La légèreté de l'objet, sujet de la photographie, des luminaires diodes par exemple, lui permet de mettre en scène sa dextérité d'artiste. Ses intentions sont préméditées relativement aux formes qu'il a la volonté de mettre en relief sur ses photographies de #Lumières. Une des grandes constances de sa communication artistique vers le récepteur de son message est la liberté. Aussi chacune de ses œuvres a un titre essentiellement inspirateur. Ce sont les corpus des présupposés conscients ou inconscients de l'interprète de son art qui le laissent définir chacun individuellement les formes et leurs noms sur les tableaux de Victor Garcia. Il reconnait une apparenté entre ses œuvres et les fameux tests de Rorschach en psychologie dont l'analogie anime l'œil au premier regard. Cette liberté, Victor Garcia en parle dans la structuration de ses tableaux qui transcrivent en photographies les choix existentiels des femmes et hommes entre le bien (la lumière) et le mal (l’obscurité). Pour certaines de ses créations, Victor Garcia puise son imagination des quatre éléments de la nature car la lumière est source de vie.

Publicité

Cette lumière qu'il étire dans le temps cherche à s'inscrire par sa fugacité et sa dimension ténue dans l'histoire de l'univers. Elle peut être la première lumière celle du Big Bang. Tellement elle appartient à l'espace interstellaire, comme l'évoquent les dessins obtenus. Le dessein de Victor est également de photographier sur un plan introspectif cette fois : la lumière intérieure de chacune et chacun. Elle illumine aussi le visiteur de ses œuvres de manière sensorielle. De plus, il s'approprie l'intention de signifier dans ses œuvres les spiritualités. Son crédo et son optimisme lui font assurer que le bien et le mal ne sont pas régis par des entités unes ou multiples supérieures, un dieu, ou des déités. Sa préférence est la certitude que la puissance de notre planète, certainement également de ses espèces et de l'humanité, leurs charges en bien et en mal résultent de la somme des choix individuels à chaque instant. Ils déterminent les impulsions bienfaitrices ou malveillantes corollairement et de manière circonstancielle pendant un temps donné.

Victor Garcia photographe designer

Victor Garcia est un jeune artiste de 23 ans qui poursuit ses recherches et réalisations créatrices en photographie. Il travaille sur ses projets artistiques depuis ses 18 ans. Dans les #arts contemporains, il a également des projets en design et sculpture.