L'#Art TRUC TROC & DESIGN du 3,4,5 février à Bozar a mis à l’honneur le troc, l’art contemporain et le design dans une ambiance hors du commun.

On connaît tous le troc, il a été longtemps dévalorisé dans un système capitaliste favorisant toujours l’argent sonnant et trébuchant et tout particulièrement dans un marché de l’art préférant la spéculation à la valeur réelle des œuvres (ou encore le mécénat ayant comme tête de gondoles les avantages fiscaux…), mais là encore c’est un autre débat….Mais voilà, face à la crise, la donne est bouleversée, les investisseurs se sont volatilisés et les collectionneurs ont vu leur argent fondre comme neige au soleil.

Publicité
Publicité

De nouvelles initiatives tentent de porter toujours plus l'art dans notre quotidien

Et revoilà le troc, l’échange, si vous voulez, qui revient sur le devant de la scène à travers des foires d’art exposant des œuvres éligibles au troc… Comment cela se passe ? Venez proposer vos trocs aux artistes en échange des œuvres qui vous plaisent. Très facilement, les visiteurs inscrivent sur un post-it ce qu’il sont prêts à échanger à côté de l’œuvre de leur choix, l’artiste récupère les post-it et choisit oui ou non d’accepter le troc… La seule limite est votre imagination!

La Foire Truc Troc à Bruxelles…

Les foires d'art contemporain sont de plus en plus nombreuses, mais l'on ne peut évoquer celles basées sur l’échange, les relations humaines et sur ce que l’on appelle le mécénat démocratique sans mettre en lumière l’initiative de Mon de Rijck et Charline Mahy, qui en 1972, lancèrent la première foire Truc Troc au château Malou à #Bruxelles.

Découvrez la sélection artistique 2017 sans tarder ! Quelques noms dans le domaine de l'ART CONTEMPORAIN présents à cette édition :

Ceren Aksungur, Béatrice André, Sarah Bachelart, Bilal Bahir, Geoffroy Bogaert, Nel Bonte, Nathalie Borowski, Joëlle Bosmans, Serge Botty, Léo Bouteiller, Hubert Bouttiau, Isabelle Carpentier, Michel Cerfont, Capucine Cholat, Camille Coléon, Christophe Collas, Dominique Collignon, Fabienne Cresens, #Société