Vous ne connaissez pas encore #Lia ? Cela ne devrait plus tarder. Lia, ce sont deux personnages en un seul. Un personnage envoûtant, unique, romantique, «trashy», mélancolique, enfantin. Lia, c'est cette créature aux cheveux blonds qui dégoulinent jusqu'aux hanches, c'est un univers cosmique où la couleur rose bonbon sucré est de mise. Lia, ce sont des paroles insouciantes légères et sensibles, c'est ce regard de chipie et sa mélancolie qui l'habite. Lia, ce personnage schizophrène joue avec nous. Charmeuse, scandaleuse, attachante et espiègle, Lia, c'est frais et on ne s'en lasse pas.

Mais qui se cache derrière Lia ?

Lia s’inspire de ses origines eurasiennes pour créer son univers artistique.

Publicité
Publicité

Elle vit en accord avec sa génération, fascinée par les nouveaux médias, les réseaux sociaux, elle s’insère dans cette révolution 2.0. «Petit nem» le jour, «kartoffel» la nuit, teint de porcelaine, cheveux noirs ébène, regard profond elle n'a pas froid aux yeux. Originaire de Brunswick, petite ville située au Nord-Est de L'Allemagne, la chanteuse part du cocon familial tôt. Elle décide de prendre son destin en main, celle ci n'a que 21 ans, et parcourt déjà le monde. Elle partage sa vie entre Shanghai, Köln, Buenos Aires, Santiago du Chili et Berlin. Artiste dans l'âme, elle démontre un goût très prononcé pour la vidéo et accède avec succès à l'Académie d'art et des médias de Cologne. Elle développe sa propre vision esthétique et nous emporte avec elle dans ses rêves. Autodidacte à 100%, elle invente, se réinvente et crée son monde à elle, naïf et troublant.

Sa personnalité à double face arrive à nous piéger, nous perturber avec cette ambivalence qu'elle maîtrise très justement.

Publicité

Aux commandes de «COMA» (Dj résident chez le très célèbre label «Kompakt»), Georges Raquet, accompagne Lia et produit #Olymp. Si vous ne connaissez pas «COMA», je vous conseille d'aller faire un tour sur Soundcloud. George, lui, apporte ces beats entraînants et cerne le personnage, c'est une réunion magique entre deux univers musicaux qui fusionnent.

Lia illumine tout sur son passage et propose un univers musical arc-en-ciel et malicieux. «Sides» premier morceau, marque sa toute première représentation dans divers lieux culturels et nocturnes de Cologne: «Acéphale Bar», «Gebäude 9», «Galerie FB69 Köln». Ces diverses représentations font connaître la belle, nous dévoilent un avant goût de sa musique et promettent une créativité indéniable. L'année #2017, marquera sa première tournée avec Vimes et un concert en vue au club berlinois «Internet Explorer» dans le quartier très huppé de Neukölln. Lia connaît la recette du succès.

«Olymp» marque définitivement l'identité de Lia, arrière de goût de printemps et «lolipop» jetées en l'air, c'est la fraîcheur dont on a besoin.

Publicité

Lia nous nargue, nous séduit avec indolence. Elle s'impose sans s'imposer. Avec ses copines, déambulant dans la nuit agitée, elle boit du Gin Tonic et chante du «shot shot shot». Derrière cette douce folie, Lia parle indirectement du désespoir au sens large du terme, elle évoque la complexité de l'adolescence et de ses dérapages. Pas de doute sur ce talent grandissant, elle contrôle tout la petite, un premier clip qui envoie du lourd et promet un tas de cigarettes. On peut comparer Lia à cette nouvelle vague de chanteuses telles que «MØ», «Kwamie Liv», «Abra», ou encore la très ensorcelante «Lana Del Rey», qui attribue une image nouvelle à la chanteuse pop.