A l'occasion de la publication de l'Inventaire général des dessins de l'école génoise du #Musée du Louvre, la rotonde de Sully offre aux yeux des visiteurs 80 des 463 dessins de la collections. Et quels dessins! Fédérica Mancini -commissaire de l'exposition- nous fait découvrir ce qu'était cet art dans l'incontournable ville de Gènes, entre 1528 et 1797.

Un art révélateur:

Et si le dessin était le meilleur moyen de connaitre et de comprendre un artiste? Car après tout, avant de réaliser de mémorables oeuvres peintes (ou sculptées), l'artiste jette ses premières idées, ses premiers désirs sur une feuille de papier. Il donne forme à ses caprices, les modèles aux moyens de différentes techniques - le lavis, pierre noire, sanguine, graphite etc.-.

Publicité
Publicité

C'est à travers le dessin que l'artiste fait évoluer sa pensée et arrive à la maturité de son projet. Parfois esquissées, parfois abouties, ces oeuvres graphiques sont les témoignages clés d'une réflexion, un héritage qui porte à nos yeux la manière dont les artistes travaillaient.

Un échantillon de premier choix :

Les pièces disposées sur les murs bleu pâle de la rotonde offrent une grande diversité de dessins, d'une période considérée comme le Siècle d'Or de la République de Gènes, le "Siècle des Génois". Si la ville est mise à l'honneur grâce à des vues minutieuses et délicates, aux dégradés savamment maîtrisés, les sujets mythologiques et religieux sont aussi mis à l'honneur. Certains dessins fourmillent de détails quand d'autres laissent entrevoir un trait rapide et spontané. D'autres encore arborent toujours le système de quadrillage qui permettait aux artistes d'agrandir, par la suite, de façon proportionnelle, leurs compositions.

Publicité

Autre point positif: l'exposition propose aux visiteurs de découvrir et comprendre les différentes façons de découvrir les "dessins sous-jacents". Cet outil pédagogique rend la visite plus ludique, car elle permet de percevoir les méthodes scientifiques utilisées pour révéler des secrets invisibles parfois à l'oeil nu. Les images proposées au moyen de l'imagerie scientifique optique sont de bonne qualité et leur mise en parallèle avec les dessins finaux permettent de se rendre compte de l'évolution de l'artiste dans son travail.

Au final, il s'agit d'une exposition [VIDEO] très rapide et agréable à faire. Parfaite pour plonger plusieurs siècles en arrière dans l'intimité créative des artistes génois l'espace de quelques temps (entre quinze et trente minutes suffises). La scénographie est fluide et épurée, les oeuvres sont biens mises en avant, l'éclairage les met en valeur et les textes donnent les informations nécessaires à la compréhension de l'exposition. On sort ravi d'avoir eu accès à ces pièces représentatives et exceptionnelles.

Cette exposition fermant ses portes le 25 septembre, il s'agit des derniers jours pour pouvoir en profiter. Ne ratez pas cette occasion et faites un petit détour par la rotonde de Sully! #Paris #Paris culture