Le choix entre le bien-être et l'élégance : défi cornélien!

Perchée sur des talons aiguilles, les jambes tremblantes, considérer la ruelle bosselée de pavés. Impossible de traverser, même en plateforme. Chaque pas cherche à éviter la mine explosive ou l'aiguille cachée sous le petit orteil, la cheville virevolte à la limite de sa souplesse. Regarder l'escalator en panne et s'accrocher à la rampe d'un escalier interminable, chaque marche figure le supplice du condamné. Les pieds traînent et commencent à s'arrondir pour éviter le frottement insupportable du cuir sur la peau. Il suffirait d'enlever ces maudits escarpins et de gambader pieds nus sur les trottoirs en évitant les déjections canines et les traces d'urines de fêtards impénitents.

Publicité
Publicité

Un homme trouverait ça sensé, mais pas une femme.

Habituée à souffrir depuis l'enfance, elle rentrera chez elle les pieds en feu, en sang, mais avec les chaussures au pied! Elle s'accrochera à un bras charitable, une épaule robuste, en équilibre précaire sur ses échasses miniatures. La robe trop serrée, les collants qui glissent ou qui baillent, la bretelle du soutien-gorge qui lacère l'épaule ou qui s'échappe du chemisier à manches courtes, le string agressif ou la culotte grand-mère, les épingles à cheveux qui perforent le cuir chevelu, les boucles d'oreilles à clip, qui compressent le lobe dans un étau, le fond de teint qui tache tout ce qui se remarque, le rouge à lèvre qui assèche les lèvres, la liste n'est pas exhaustive! Souffrez-vous autant, pour nous plaire, Messieurs? #Mode