Fut-elle touchée par la grâce, notre déesse de marbre?

Le jour où un élève officier de la marine, Olivier Voutier, la découvrit à demi ensevelie dans le champs d'un paysan de l'île de Mélos?

Le jour où le roi Louis XVIII, assis sur son fauteuil roulant, défiguré et déformé par la maladie, l'accueillit, dit-on, dans la rotonde d'Apollon?

Depuis lors elle n'a pas cessé de séduire et de déchaîner les passions! On s'interroge encore sur la position de ses bras. Tenait-elle une pomme, levait-elle un bras, était-elle associée à une autre statue? On s'interroge aussi sur son créateur. Phidias (constructeur du Parthénon) ou Praxitèle (1er sculpteur de femmes nues)? Peut-être un artiste postérieur.

Publicité
Publicité

Car si le visage harmonieux et régulier rappelle les déesses du premier, le modelé de la bouche, les lèvres sensuelles rappellent le second. Mais la mobilité de l'attitude et l'éclectisme des styles font penser que la statue a été créée environ 100 ans avant Jésus-Christ. Un sculpteur grec qui sans doute a voulu rendre hommage aux anciens. On est sûr en tout cas qu'il s'agit bien d'une création et non d'un pastiche ou d'une copie des sculpteurs romains.

C'est une oeuvre qui s'impose d'une part par l'opposition entre le nu et le drapé, et d'autre part parce qu'il ne lui manque que la vie. De cette épaisse ceinture de plis qui se chevauchent, se creusent et se recreusent, émerge "le ventre splendide large comme la mer"Auguste Rodin.

Elle est entièrement antique. Elle a eu la chance de ne pas être restaurée.

Publicité

Le roi Louis XVIII n'a pas voulu qu'on y touche. Seul le bout de son nez et l'orteil sont complétés par du plâtre.

Même son emplacement est sacré! Présentée d'abord dans la salle dite du Parthénon, elle a reçu sa place actuelle dès le second empire et n'a plus bougé, sauf pour l'exécution de quelques travaux et un petit voyage au Japon.

 

Rendons aussi hommage à la Victoire de Samothrace et aux somptueux appartements de Napoléon!

 

  #Histoire #Art