Billère, est une commune des Pyrénées Atlantique, de la région Aquitaine. Elle située aux pieds des Pyrénées, à environ 8 kilomètres de Pau, sur la route de Bayonne. La ville est à 50 kilomètres de l'Espagne, (Tunnel du Somport, Canfranc) et à une centaine de kilomètres de l'océan atlantique. (Hendaye, Saint-Jean-de-Luz, Biarritz, Anglet, Bayonne). Le Gave traverse les bas de Billère continuant son chemin jusqu'à l'océan.

A quelques encablures de Pau, Billère n'apparait pas détenir de nombreux vestiges d'un passé séculaire. Pourtant, certains documents informent de l'existence d'un village du nom de Billère au XIIème siècle.

Publicité
Publicité

Billère est alors un village essentiellement tourné vers l'agriculture, installé dans la vallée, rive droite du Gave. Souvent victime des caprices de la rivière, au fil du temps, les habitants gagnent le coteau puis les hauteurs du plateau.

L'église Saint Laurent, est datée du XIIIème siècle. Elle est protestante, au XVIème siècle, sous le règne des d'Albret (Religion du Roi religion du peuple). Elle redevient catholique sous louis XIII. Suite à de nombreux aménagements et rajouts, il est difficile de la rattacher à un style particulier aujourd'hui, si ce n 'est l'architecture propre à la fin du XIXème siècle. On peut y admirer, entre autres ornements, deux magnifiques copies de Raphaël.

Au XIVème siècle, le village de Billère est inclus dans le dénombrement ordonné par Gaston III de Foix Béarn.

Publicité

On compte alors onze feux (foyers). Rappelons que Gaston III de Foix Béarn, autrement appelé Gaston Phoebus, est un des plus importants fondateurs de Pau, l'instigateur et obtenteur de l'indépendance du Béarn en 1347.

Billère, durant presque toute son #Histoire a été liée au destin de la ville de Pau. Et de cette réalité, un petit détour à la Maison Lassansaa, offre un intérêt historique particulier. En effet, cette maison fut la demeure d'une des nourrices de Henri III de Navarre, le futur roi Henri IV.

J. Michelet dans son œuvre consacrée à Henri IV : « Histoire de France », décrit l'ardeur de l'enfant de Jeanne d'Albret à boire au sein : « Il but de huit laits différents ; ce fut l'image de sa vie mêlée de tant d'influences ». Jeanne Fourcade, épouse de Jean Lassansaa, alors laboureur de Billère, est parmi les huit nourrices du « Galant vert » (un des surnoms donnés à Henri IV). Le nom de la maison Lassansaa appartient désormais à l'histoire.

L'histoire lui offre la postérité, Voltaire la légende, dans son « Henriade » (Extrait)

" Pour la chaumière a quitté le château

Et sous l'œil de son peuple a placé son berceau.

Publicité

Henri semblable à l'enfant populaire

Mêle ses cris aux cris du nourrisson vulgaire ;

Et l'artisan et le cultivateur

Soufflent à ses côtés, haletants de sueur.

De l'indigent il verra le séjour,

L'indigent, son premier et son dernier amour " !

VOLTAIRE 1728

Ainsi à Billère, peut-on se passer de traces palpables et de vestiges notoires, l'histoire s'y écrit tout de même.

Le poète écrivain et diplomate Saint-John Perse (Prix Nobel de littérature en 1960), alias Alexis Leger, arrive à Pau en 1899. Il y poursuit ses études secondaires et y passe son baccalauréat. Il rencontre Francis Jammes grand poète et botaniste du Béarn. On trouve des traces de S.J. Perse à Billère qui lui consacre, ici une rue, là un hôtel. Dans ce Béarn exotique, Saint John cherche à retrouver l'éther alizéen de ses Antilles natales, dont il est épris et ne peut se départir.

L'architecture du XIXème gagne l'Europe. Le gothique romantique laisse place à la diversité.

Wellesley Arthur, duc de Wellington, vainqueur de Napoléon à Waterloo, s'est installé à Pau. Après la Bataille d'Orthez, son régiment est cantonné à Billère et dans les environs. C'est là, sur la plaine de Billère, en 1856, que le premier golf mondial voit le jour. (Hors la Grande Bretagne, bien sur) Le golf de Billère.

Le chemin de fer favorise les voyages et les aristocrates anglais se plaisent dans cette partie du Béarn. Ils s'ingénient à bâtir des villas, très vastes et de styles différents, une diversité architecturale significative de l'époque. On peut voir quelques unes de ces villas originales, construites au milieu de parcs, ou jardins, sur le flanc du coteau de Billère.

Le Château d'Este, est daté du XVIIIème siècle, situé avant la Révolution Française. L'écossais Arthur Smythe ; Baron d'Este, ami de Madame de Staël en fait l'acquisition vers 1830. Une très jolie tour en galets roulés du Gave est ajoutée dans les années qui suivent. Toujours debout aujourd'hui. De splendides aménagements architecturaux, sont apportés en 2001. Une extension d'environ 1000 mètres carrés, abrite une médiathèque, une salle de conférences face sud-ouest, ainsi que l'Institut Occitan. Une grande terrasse attenante offre une vue dégagée sur la chaîne des Pyrénées. La terrasse est prolongée vers l'ouest, d'un chatoyant jardin-promenade.

Billère, la moderne, contemple l'histoire d'un œil et de l'autre son avenir.



















#Art