Jean Minitti, l’organisateur de « La route du jasmin », la considère comme un « message de paix ».

La Tunisie, demeure le joyau de la Méditerranée et reste un pays beau et accueillant.

Avec une entrée enregistrée de mille huit-cent (1.800) bateaux à voile, soit approximativement dix mille (10.000) visiteurs depuis sa première édition en 1991, (suspendue, uniquement, en 2013 pour des raisons sécuritaires), c’est  bel et bien « La route du jasmin » qui redémarre avec dynamisme et engouement. Un événement touristique et culturel, qui devient au fil des années une tradition très appréciée par des plaisanciers en quête toujours, de beauté, d'évasion et de découverte.

Effectivement, le samedi 16 août au port de plaisance Yasmine Hammamet, 15 voiliers français et italiens participant à «La route du jasmin», ont atterri marquant ainsi la destination finale de leur traversée, et ce, après une navigation de deux semaines, depuis Toulon - (France), ils étaient accueillis chaleureusement à chaque escale, passant par Kélibia, Monastir et El Kantaoui, les participants atterrissent et partent à la découverte de chaque région.

Port de plaisance Yasmine Hammamet

Le port de plaisance Yasmine Hammamet est  le premier port en Tunisie jouissant d’une labellisation en matière d’environnement et de développement durable, ce qui lui a permis de décrocher le Pavillon bleu - écolabel de récompense et de motivation des meilleurs ports-.

Avec un plan d’eau de 20 hectares conçu et destiné à recevoir 704 navires de plaisance et des postes d’amarrage desservis en eau et électricité, selon les normes adéquates et avec toutes commodités d’usage (réseau téléphonique et de télévision).

Le  Port Yasmine Hammamet est remarquablement équipé d’un système d’assainissement général du plan d’eau, ce qui garantit aux usages une très bonne qualité des eaux des bassins portuaires et du canal.

La ville de Hammamet est située sur la côte sud-est du cap-bon, à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale - Tunis.