Bonjour à vous tous qui aurez été séduits,  tout comme je le fus, par une  prestation vocale hors normes, par le trésor vocal d'un homme grand en stature, grand en talent.

Dès que je le vois arriver sur scène, ce ne furent pas les commentaires des "coatchs" qui attirèrent mon attention, mais cette prestance, cette présence incroyablement hors du temps présent, et je me demandais qui était ce personnage?  Ne s'était-il pas égarés sur les plateaux télévisés, tant il tranchait dans le décor moderne de cette émission super médiatisée qu'est "THE VOICE"

A peine installé, prenant possession de la scène avec tranquillité,  sa silhouette  imposante relevée d'une tenue vestimentaire incroyablement faite pour lui, Robin des bois prêt à charmer belle Marianne;  Ce fut moi qui le fut, charmée!

Le calme affiché dénotait une certaine assurance sans contrefaçon, naturelle et véritable. En bref, ce que je crois du personnage, c'est qu'il connait sa valeur et s'il n'en fait pas ostentation, il sait tout simplement nous la faire partager. Il su, dès les premières notes attirer toute l'attention du public et probablement cette des téléspectateurs; Une voix sortant de l'ordinaire, auréolée de grâce et de force également; Une voix tant faite pour s'exprimer sous la voûte d'une cathédrale que sous la voûte des cieux.

Une voix posée, une stature affirmée, une volonté d'afficher son identité musicale sans démesure et sans départit. Aujourd'hui, il est rare de connaitre pareille personnalité, qui ne recherche pas a se démarquer autrement que par son propre talent. C'est pourquoi, hésitant, probablement influencé par les producteurs de l'émission, le "coatch" pris le temps de se défaire d'un pion majeur dans son jeu d'arbitrage, pensant probablement que cet homme, chantre parmi les chantres, ménestrel à la voix magnifique, ne ferait qu'un déjeuner de printemps, et finirait  aux oubliettes de l'audimat frileux et versatile.

Luc est un vrai talent. Un talent ne peut pas s'inventer, il est ou n'est pas. Aucun qualificatif pour le contenir. Un travail acharné afin de parfaire ce qui déjà existe, voilà à quoi on reconnait le ce qui sépare le professionnalisme de l'aventurier.

Je ne ferais pas le procès de ce "télé-crochet" là n'est pas le sujet; Je parlerais simplement de cet artiste porteur d'un style unique et surtout doté d' une voix unique. Oui, UNE VOIX," LA VOIX"  unique qui aurait du être à l'honneur.  Je me souviens du premier instant ou je le découvrais, tel un héros des temps passés, prêt à en découdre avec quiconque lui barrerait le chemin, bien campé sur ses deux jambes, son instrument de #Musique en bandoulière sur sa poitrine. L'étonnement me saisis et je me campais bien assise dans mon fauteuil afin de voir la suite.

 Après tous les préliminaires d'usages, sa voix  s'éleva et ce fut la surprise, et ce fut le silence. L'incroyable, le surprenant, les deux liés ensemble pour traduire un sentiment de beauté et de pureté. Une voix ayant traversé les âges! Une voix charmant Aliénor d'Aquitaine ou autres gentes dames. . Une voix faite  pour adorer dans une cathédrale, ou encore magnifier la nature et le ciel étoilé d'une belle nuit d'été.

Et c'est ce trésor qui a été reconduit vers la sortie. 

En réalité, j'ai la certitude que Luc Arbogast fera encore parler de lui quand on aura oublié l'esbroufe commerciale de ceux-là qui perdent pour quelques heures leur identité pour ne devenir qu'un produit de consommation. Quel dommage, il y a de vraies valeurs parmi eux. Mais la différence qu'il y eut en cette saison fut la réalité de certains vrais talents, vites éloignés des feux de la rampe parce que n'entrant pas dans le moule des producteurs en faveur de quelques autres qui ferons un peu d'argent, puis trois petits tours et puis s'en vont-.

Notre société est une société de consommation, ceci explique cela, et seuls, ceux qui "font" de l'argent rapidement sont crédibles dans cette jungle financière.

J'aimerais rafraîchir la mémoire de ceux qui rejettent en bloc les vrais talents de manière incroyablement imbécile, juste soucieux du temps présent. Modigliani ne fut reconnu qu'après sa mort, tout comme Van Gogh, Toulouse-Lautrec et tant d'autres! Au Panthéon du talent, combien ont été enterrés vivants parce qu'ils ne correspondent plus aux critères d'une certaine mode?

Que cet homme puisse avancer, faire son chemin et tracer une voie que d'autres n'hésiteront plus à suivre, ne s'arrêtant pas à l'imagerie publicitaire d'un produit que l'on peut faire et défaire au gré d'une appréciation arbitraire  commerciale, à l'instar de Jacques Brel, Georges Brassens, et d'autres encore, vilipendés pendant un temps, adulés ensuite, il puisse obtenir ce succès tant attendu, parce qu'il possède en lui tout les attributs d'une belle réussite artistique.

Courage, Luc! Rien que ton nom fait rêver, et ta faconde fait aimer ce que nous ne connaissions pas. Merci à toi.