Keanu Reeves était à Lyon, mercredi 15 octobre et samedi 18 octobre 2014, au #Cinéma Pathé Bellecour, et à l'Institut Lumière, pour la présentation du documentaire qu'il produit, Side By Side de Christopher Kenneally.

Pour ma part, j'ai eu la chance de rencontrer l'acteur et le réalisateur du film, en ce samedi 18 octobre au soir, dans le cadre de l'Institut Lumière, hautement approprié pour un documentaire sur le cinéma, son évolution, et son avenir, face aux nouvelles technologies.

J'avoue que j'étais fascinée de l'avoir aussi près de moi étant placé au troisième ou au quatrième rang, par rapport à lui. J'ai donc eu tout le loisir de le dévorer des yeux et de le mitrailler avec mon appareil photo.

Publicité
Publicité

J'avais bien sûr en tête le Neo de Matrix, et l'excellent acteur qu'il est, même si il est trop rare au cinéma à mon goût. J'ai hâte de le revoir sur grand écran.

J'ai pu faire de nombreux enregistrements sur ce qu'il disait au sujet du documentaire, de ses interrogations sur l'avenir du cinéma. Afin de garder une trace de son passage et de pouvoir comprendre les tenants et les aboutissements de ce documentaire Side By Side, de son projet, et du message qu'il veut faire passer aux spectateurs, via ce média.

Le documentaire traite du passage de l'argentique au numérique, de la pellicule au numérique. Pour cette occasion, Keanu Reeves s'est fait intervieweur et a rencontré des réalisateurs, des directeurs de la photographie, des producteurs de cinéma, des étudiants en cinéma, des techniciens, des monteurs, des exposants.

Publicité

Le documentaire s'intéresse à tous les aspects de la réalisation d'un film, de la prise au montage, des effets visuels à la correction de la couleur, de la distribution aux archives.

A travers les témoignages de Martin Scorsese, George Lucas, James Cameron, Danny Boyle, David Fincher, David Lynch, Christopher Nolan, Steven Sodebergh, et d'autres personnalités du monde du cinéma, acteurs, actrices, tels, par exemple John Malkovich, Lena Dunham, ou directeurs de la photographie, deux points de vue s'opposent.

Il y a les partisans de l'argentique, de la pellicule, tel Christopher Nolan, qui louent la qualité de l'image, et qui restent attachés au ronron de la caméra argentique, au grain et à la texture de la pellicule photochimique, face aux partisans du numérique, dont le plus fervent défenseur est George Lucas.

En effet, le réalisateur de Star Wars a depuis longtemps succombé à cette nouvelle technologie. Pour lui, on va inévitablement vers la fin de la pellicule, et cela est pour lui une bonne chose.

Publicité

D'autres réalisateurs partagent son avis, tout en reconnaissant les qualités indéniables de l'argentique, James Cameron, David Lynch, Martin Scorsese, David Fincher.

James Cameron pense que le numérique ouvre sur des possibilités infinies, impossible à obtenir avec la pellicule, Martin Scorsese prédit la " réinvention d'un nouveau média", David Lynch, quant à lui, admet qu'il ne retournera pas à l'argentique. #Films