Ecrire et produire des livres en Algérie est vraiment loin d’être qu’une affaire d’inspiration, c’est bien plus que ça, dans un pays en voie de développement comme l’Algérie, la production des livres numériques est loin d’être une réalité, le pays est en retard dans tous les domaines, technologiques, culturels, scientifiques, numériques, linguistiques et pire encore aussi dans le domaine de l’édition, de la diffusion et de la livraison en général et du livre en particulier.

Pourtant, les entreprises et les sociétés d’édition disposent de moyens techniques et financiers énormes, mais ils n’ont pas réussi à créer un environnement plus au moins approprié pour la production artistique. Dans la plupart des cas, le choix se porte sur les écrits stériles et fades. De milliers de livres en plusieurs langues sont donc mis sur les étals des librairies dont le lecteur déjà averti se contente de jeter un coup d’œil sans aucune attention particulière. C’est le résultat d’un système bureaucratique qui ne permet pas aux auteurs talentueux d’émerger et de se faire connaitre aux publiques.

Dans la plupart des cas, le choix du comité de lecture se focalise sur le côté valeur, mais, les éditeurs ne proposent aux comités que des manuscrites qu’ils jugent rentables au plan commercial. En plus, le manuscrit choisi doit être passé au comité du ministère de la culture pour enfin prétendre à être édité. Le nombre d’édition est fixé selon la commande du ministère des moudjahidines et de la culture.

Donc le livre passe par différentes étapes pour qu’il soit enfin édité, des étapes qui ne sont pas encore bien maitrisés, c’est encore tard pour parler de l’édition du livre numérique en Algérie, comment peut-on en parler et la situation du livre papier est encore en état critique.

L’Algérie tue la production littéraire, le numérique a pris beaucoup de retard pour faire son entré, l’Algérie pays pauvre en matière d’informatique ne possède même pas du paiement électronique, ce type de paiement risque de ne pas se faire une place dans notre pays.