Impossible, aujourd'hui, de passer à côté du phénomène Chris Pratt, nouvelle coqueluche d'#Hollywood à 35 ans maintenant. L'été dernier, le natif de Virginia dans le Minnesota changeait de dimension dans Les Gardiens de la Galaxie, l'un des plus gros succès de l'année 2014 au box office, et un triomphe commercial pour Marvel, avec plus de 700 millions de dollars de recettes. En France, ce sont près de 2,5 millions de personnes qui sont allés découvrir les aventures de Star-Lord et de ses acolytes dans les salles obscures. Le 10 juin prochain, Monkeyman, comme on le surnomme, devrait confirmer son nouveau statut d'acteur bankable avec Jurassic World, la très attendue suite du Jurassic Park de Steven Spielberg, sorti il y a plus de 20 ans, en 1993.

Publicité
Publicité



Un ancien SDF



S'il a désormais sa place sur le toit d'Hollywood, rien ne prédestinait Chris Pratt à une carrière aussi flamboyante sur les grands écrans. Adolescent, il abandonne assez rapidement ses études et devient vendeur de bons de réduction, préférant la bière, la fumette et les copains aux bancs de l'école. Plutôt à la cool, il utilise ses maigres économies pour s'offrir un van avec son meilleur ami, et part s'installer sous le soleil et sur les plages d'Hawaï, à Maui. Sur place, il se dégote un job de serveur dans un Bubba Gump Shrimp, un restaurant de fruits de mer de la chaîne éponyme, inspirée du film Forrest Gump. Alors qu'il passe ses nuits dans son fourgon, ou à même le sable, il rencontre au resto la réalisatrice Rae Dawn Chong, surtout connue pour son rôle dans La Couleur Pourpre, nommé aux Oscars en 1986.

Publicité

Plutôt culotté, Chris Pratt lui parle de ses talents d'acteurs dans des pièces de théâtre jouées à l'école alors qu'il était enfant. Ni une ni deux, RDC lui dégote un rôle, son premier, dans Cursed Part 3, un court métrage d'horreur qui n'est pas resté dans les anales. Qu'importe, l'aventure est en marche.



Sa vie de comédien avant la consécration



C'est par le petit écran que Monkeyman va tracer sa voie vers le succès. D'abord dans Everwood, à partir de 2002, puis dans le rôle d'Andy Dwyer dans le délirant Parks and Recreation, entre 2009 et février dernier. Il y incarne un personnage benêt, naïf et ridiculement drôle. Un crétin adorable, d'abord prévu en guest-star dans la première saison, que l'acteur finit par rendre indispensable pendant sept ans. En parallèle, Hollywood lui ouvre petit à petit ses portes : d'abord abonné aux rôles de personnages immatures, voire "retarded" (Jennifer's Body, Hot babes, ou encore Sex List, où il interprète Donald le dégueulasse), il parvient à élargir sa palette aux côtés de Brad Pitt dans Le Stratège, puis dans Zero Dark Thirty en chasseur d'Oussama Ben Laden et dans Her, de Spike Jonze. Avant de se déchaîner dans la bombe Les Gardiens de la Galaxie, rôle pour lequel il perd trente kilos, et abandonne son physique de bon vivant à la bedaine très apparente pour un corps d'athlète qui fait désormais craquer la gent féminine. La consécration, c'est aussi une revanche pour Chris Pratt, qui a longtemps vécu depuis 2009 dans l'ombre de sa femme, Anna Faris, dont la notoriété a explosé au début du millénaire dans la saga Scary Movie : "J'ai connu ces moments où j'étais juste le gars qui porte le sac à main durant les cérémonies. Il y avait des acteurs qui venaient draguer ma femme devant moi, sans même me regarder". Et cette année, la planète #Cinéma devrait s'enflammer un peu plus encore pour lui avec Jurassic World. Pour autant, pas de grosse tête à l'horizon pour Chris Pratt, qui vit avec simplicité, et parfois inquiétude, cette célébrité grandissante : "Je veux faire mes excuses les plus sincères pour tout ce que je vais dire accidentellement pendant les conférences de presse. J'espère que vous comprendrez que ce n'était pas mon intention d'offenser quiconque et je suis vraiment désolé. Je le jure. Je suis un des gars les plus sympa au monde. Et je regrette ce que je pourrais dire en interview", a-t-il ainsi déclaré pendant la tournée de promotion du quatrième volet de la franchise Jurassic Park.