Saw 3D : le Chapitre final,  le film qui termine la saga s'est vu retirer son visa d'exploitation. En cause sa violence jugée trop extrême ! 

Depuis 2010, un nouveau phénomène a débarqué dans les salles obscures, il s'agit du film de torture. Ces productions n'ont pas peur de massacrer les acteurs pour faire sursauter les spectateurs. Nombreuses sont les personnes à se déplacer au cinéma pour regarder avec attention ces scènes parfois insoutenables.

Par conséquent, Saw a instauré un nouveau genre et ce depuis cinq ans. Le succès étant au rendez-vous, la a production avait donc décidé de finir la saga sur une note violente notamment pour marquer les esprits, mais la situation sera différente en France.

Publicité
Publicité

Le Conseil d'État est revenu sur sa décision, celle prise en 2010.

Un retrait de visa unique pour cause de violence

Pour rappel, les #Films n'ont pas la possibilité d'être diffusés dans les cinémas s'ils n'ont pas un visa d'exploitation. Il y a 5 ans, la production de Saw avait obtenu ce sésame, mais le Conseil d'État a regretté cette décision. Au vu des images dévoilées, dans la bande-annonce et des photos très explicites qui montrent des scènes de torture, ce même conseil a choisi de retirer le visa d'exploitation à Saw 3D. Par conséquent, le dernier chapitre de Saw ne sera ni interdit aux moins de 18 ans ou au moins de 16 ans, le film sera interdit de diffusion tout court.

Une décision unique en France, c'est la toute première fois qu'un tel retrait est observé pour un motif de violence.

Publicité

La ministre est invitée à donner son avis

Cela pourrait représenter une grande perte pour les studios à l'origine de Saw 3D : le Chapitre Final. Toutefois, un visa temporaire pourrait éventuellement être délivré, car dans certains cas de figure, il est accepté.

Toutefois, ce document est surtout utilisé pour les festivals, il y a donc peu de chance qu'une telle diffusion soit réalisée dans le cadre d'un évènement estival. Pour l'instant, le devenir de ce film sur le sol français est incertain, la ministre est invitée à partager son avis. #Cinéma