Sarah a 21 ans, elle est ronde, elle a de longs cheveux noirs avec des mèches de couleur. Depuis 2014 son nom est associé au buzz au trash. La jeune femme a d'abord commencé par des vidéos humoristiques sur YouTube où elle dévoile son univers complètement perché. Malgré les railleries sur son physique notamment, Sarah continue. Un jour le public la retrouve dans un film pornographie de la célèbre franchise "Jacquie et Michel".

Elle s'y fait appeler Mallaury. Elle en tournera un second et ça sera son dernier. Mais la toile ne lui pardonne pas cet écart. C'est qu'au lieu de se retirer Sarah continue de se montrer encore sur YouTube, aussi sur Snapchat mais surtout sur Périscope. 

Elle jongle entre les comptes, à cause de ses "shows" sulfureux ils sont régulièrement clôturés par l'administration qui ne permet pas la nudité.

Publicité
Publicité

Mais Sarah parvient toujours à contourner la censure, aidée par ceux qu'elle surnomme la "Team Pirate" : une dizaine d'admirateurs qui acceptent de lui prêter leurs comptes et qui l'encouragent pendant ses prestations comme Maurizio, un jeune belge. 

En quoi consiste ses lives ? Sarah se dénude en dansant maladroitement devant son téléphone, en exagérant ses mouvements. Même si elle reconnaît sans complexe ses formes et son absence de technique, ses détracteurs ne la lâche pas et elle est régulièrement bombardée d'insultes. Sarah s'en moque et continue. Devant un public médusé elle mime des relations sexuelles avec différents objets.

Décriée, pourtant à chacun de ses shows, c'est 3000 personnes qui se pressent devant leurs écrans. Un cirque 2.0 ? Sarah assume et ne se cache pas sauf sur sa véritable identité.

Publicité

Elle refuse d'en dire plus, bannie ceux qui dévoilent des informations sur elle. Un ancien copain d'école présente lors d'un live sur Périscope des photos d'elle en primaire et révèle une enfance déjà mouvementée.

Pudique Sarah ? Ou volonté d'oublier un passé compliqué ? La jeune femme semble toujours sur le fil, entre rires bruyants et coup de déprime elle se confie sans fard à ceux qu'elles surnomment "ses bébés". Certains qui la détestait on finit par l'apprécier comme Anaïs : "Au début je venais surtout me moquer d'elle et puis j'ai fini par la trouver attachante. Pendant qu'on est tous là à l'insulter et à rire, au moins Sarah elle vit sa vie".

Le compte Périscope de Sarah Bipbip est sarahbipbipaccrochey

Ses lives sont disponibles sur la page facebook Périscope en streaming

Le Périscope-Show : Jasmine reine du twerk !

Entre Bassem et Ulcan la guerre est déclarée ! #Internet