Depuis le début de la semaine, Pokémon Go est officiellement disponible en France et.. Comment ça, vous l'aviez déjà téléchargé ? Très bien, mais savez-vous ce qu'est #Pokémon Go ? Oui ? Ça tombe bien, c'est précisément ce dont je ne vais pas vous parler.  

Affichant fièrement ses 75 millions de téléchargements, le phénomène Pokémon Go s'étend de manière exponentielle, battant tous les records de lancement pour une application mobile. De quoi faire ravaler leur salive à Candy Crush, Angry Birds et même Tinder. #Niantic s'affiche alors en nouveau leader du marché mobile. Niantic ? Et #Nintendo alors ?   

 

Mains en l'air, et que tout le monde bouge !  

Eh bien… C'est un peu complexe.

Publicité
Publicité

Pokémon appartenait à la base à Nintendo, mais en 2001 The Pokemon Company est fondée, copropriété de Nintendo, Game Freaks et Creatures. C'est en 2014 que The Pokemon Company confie la production de Pokémon Go à Niantic, ancienne filiale de Google déjà spécialisée dans la réalité virtuelle avec son application Ingress qui fonctionne sur un principe similaire. On pousse le joueur à visiter des lieux historiques, culturels, afin qu'il découvre des portails liés à une mystérieuse énergie extra terrestre.    

 

Petit Hold-Up entre amis

Sur le papier, c'est une excellente idée, motivant les utilisateurs à sortir de chez eux, à se rassembler et à découvrir des lieux qu'ils n'auraient pas pensé explorer, plongés dans leur routine morose. Dans les faits, Pokémon Go met en avant un nouveau modèle commercial à travers une triple source de revenus : 

  • Niantic touchera les revenus des micro transactions qui devraient rapporter, selon les estimations, 1,4 million d'euros par jour. En seulement quelques coups de pouce, vous pouvez dépenser jusqu'à 99,99 euros. The Pokemon Company touchera uniquement les droits d'auteur, qui seront reversés à ses trois propriétaires.
  • Pour s'assurer une source de revenu alternatif, Nintendo s'est réservé le droit de commercialiser des accessoires liés au jeu. C'est ainsi que sortira dès début septembre Pokémon Go Plus, déjà disponible sur le Nintendo Shop pour seulement 39,99 euros. Ce bracelet vous aidera dans votre grande aventure Pokémon, permettant de sauver un peu de batterie sur votre téléphone et vous donnant un look qui ne passera pas inaperçu.  
  • Ajoutez à cela de petits partenariats, notamment avec Mac Donald's afin d'associer la localisation des Pokéshops avec celle des établissements de restauration rapide et on obtient un modèle marketing complet favorisant les partenariats avec tout genre d'entreprises tant qu'on en paie le prix.  

 

Vers une nouvelle génération d'applications mobiles 

Le trio Nintendo-The Pokemon Company-Niantic semble avoir tout compris du modèle populaire actuel du jeu gratuit.

Publicité

Oubliant les pénibles affichages publicitaires qui irritent les utilisateurs, visant par un concept fédérateur un nombre colossal d'utilisateurs. Ajoutez à cela le fait que les joueurs font eux-mêmes d'une manière indirecte la publicité de l'application, notamment à travers les réseaux sociaux. La pari semble réussi pour un modèle marketing qui fera cas d'école et inspirera un grand nombre d'applications futures.  

 

Sur le même sujet :

Pokémon Go: Les dérives de l’application, le jeu qui fait fureur dans le monde