Si l’#Anime #Dragon Ball Super, suite directe de la série d’Akira Toriyama, est diffusé au Japon depuis quelques mois déjà, l’avis des fans à son propos est très variable. Remake en moindre qualité des films déjà parus, aspects enfantins très éloignés des attentes, combats mous et mal animés et manque d’enjeux concrets… Dragon Ball Super est très souvent décrié, même si certains côtés ont su plaire au public, comme l’inattendu Super Saiyan Blue - Kaioken qui en a agréablement surpris plus d’un.

Un espoir : L’arc Trunks du futur

Le début de l’arc a posé des bases nouvelles à la série : un scénario en partie plus sombre qui tente de renouer avec les fans de l’ancienne série par quelques détails bien placés.

Publicité
Publicité

Retour du Super Saiyan Dai Ni/San Dankai, humour subtil tel que le passage ou Trunks demande à son père de lui montrer, comme Goku, le Super Saiyan 3. Ou encore des liens étroits avec l’univers étendu de Dragon Ball grâce aux détails sur les Shinjin (Kaioshin, Kaio…).

Ajoutons à cela un ennemi charismatique comme Goku Black, ainsi qu’un mystère bien ficelé autour du personnage de Zamasu. Son seiyuu est Miki Shinichiro généralement connu pour son rôle de Roy Mustang dans Fullmetal Alchemist Brotherhood. Une voix qui donne toute sa substance au personnage. Les nouveaux OST de Sumitomo Norihito participent également à redonner du volume à la série avec des thèmes d’ambiance marquants, comme le thème de Black ou le thème de Zamasu. Dommage de pas avoir un nouvel opening dans la même lignée mais Chouzetsu☆Dynamic reste suffisamment agréable à écouter pour passer outre.

Publicité

On se retrouve ainsi avec un anime à deux facettes. Le futur, ambiance sombre et personnages marqués par les durs événements qu’ils vivent, sans le moindre Deus Ex Machina pour les sauver. Trunks lutte seul, assisté par la résistance. Le présent, haut en couleur et à l’humour marqué. Protégé par Goku et les Z Warriors, les Dragon Balls et même Beerus et Whis prenant égoïstement le parti de la Terre.

La confirmation: les récents épisodes

L’épisode 56 est l’apothéose de la série Dragon Ball actuelle,qui saura contenter les fans de la première heure comme les nouveaux arrivants. En créant définitivement par la même occasion une identité propre à la série, basée sur des fondations pourtant désapprouvées par les fans initialement.

Dans cet épisode, l’humour touche, mais est clairement identifiable comme celui simple et enfantin de Dragon Ball Super. Végéta est au summum de la classe, mais se fait malmener comme à son habitude dans la série. Et ce n’est pas une nouveauté en soi. Freezer, Cell et Buu ont tous piétiné sa fierté à un moment donné de la saga. Le Super Saiyan Rosé, la nouvelle transformation que la majorité s’accorde à finalement apprécier, est pourtant calquée sur le modèle instauré dans les précédents épisodes : nouvelle couleur pour que le personnage et sa puissance soient simples à identifier.

Publicité

Cela ne veut pas dire que l’opinion a réellement changé, simplement que la série semble avoir enfin trouvé sa voie. L’épisode 56 est magistral sans être à 100% du Dragon Ball Z, mais ce qu’on pouvait réellement attendre de Dragon Ball Super.

On ne peut qu’attendre le prochain épisode avec grande impatience en croisant les doigts pour que la qualité soit encore meilleure. Surtout que la qualité d’animation reste variable et ne peut se servir de l’excuse de dater.

L’arc semblant aller sur sa conclusion, espérons que le prochain, celui du Grand tournoi intergalactique tienne ses promesses et continue sur la lancée actuelle.

Seul bémol selon moi : l’âge apparent de Goku. Ce serait un point fort pour la série qu’il retrouve son âge et son sérieux de l’arc Majin Buu. Ne pas s'inquiéter de mentir à un être pouvant détruire l’univers d’un claquement de doigt, semble trop insouciant pour le défenseur de la Terre. Les jeunes Japonais pourront toujours identifier Goku à leur père plutôt qu’à eux-mêmes… Comme nous quand nous avions douze ans ! #Japon