Voici dix ans, le studio d’#Animation français Ubisoft créait les Raving Rabbits (#Lapins crétins). Ils ont poursuivi leur carrière depuis le jeu Rayman Raving RabbidsRayman contre les Lapins crétins (diffusé en 2007), toujours disponible pour PC. Dans ce jeu, vous êtes Rayman, prisonnier des lapins crétins, et vous devez les affronter en 70 épreuves pour « renverser le pouvoir-lapin ». Épreuves du genre « lancer de vaches » ou « capture au pistolet-ventouse ». Pour fêter cet anniversaire, les éditions Larousse et Ubisoft sortent le livre The Lapins crétins : chronique d’une invasion planétaire.

Des images inédites

Le livre (96 pages, un peu moins de 20 euros) propose des visuels « pour la plupart inédits, issus des archives d’Ubisoft ».

Publicité
Publicité

Ubisoft a 30 ans. J’avais suivi son développement pour les mensuels Création numérique et Pixel (puis Creanum) aujourd’hui disparus. On parlait graphisme mais aussi technique (avec Nvidia, fabriquant de cartes graphiques, partenaire d’Ubisoft). Voici dix ans, les Lapins crétins ont vraiment marqué un tournant pour le studio. Je croyais savoir beaucoup sur eux mais j’en ai vraiment appris davantage avec ce livre. Ces lapins, aussi attachants que des shadocks (208 épisodes depuis 1968), ont vraiment marqué une étape dans l’univers de l’animation. Leur saga, débutée à Montpellier, s’est poursuivie, en 2013, avec Les Lapins crétins – Invasion (Ubisoft France et Catalogne-Barcelone), une série de 78 épisodes de sept minutes. Là, ils prirent encore une autre dimension grâce à la reconnaissance vocale et de mouvements des consoles de l’époque.

Publicité

La série télé interactive était jouable en touchant l’écran : « la série télé interactive enrichit le contenu narratif hilarant de la série télé et permet de participer », commentait Adrian Lacey.

Où en sont les Lapins crétins ?

Vous les trouvez toujours sur Facebook (un million de fans), ils attirent cent millions de spectateurs et les jeux se sont fort bien vendus : 14 millions d’exemplaires des débuts à l’été dernier. Ils ont envahi le parc du Futuroscope et un film est en préparation (chut… je n’en dirais pas plus). Ils sont aussi dans les foyers avec des peluches, jeux de société, figurines, romans, BD, dont le dernier album, Crétin Style est sorti en juin 2015 (Ubisoft, rien qu’en France, a signé 40 partenariats de diffusion d’objets sous licence). Bien sûr, on peut jouer avec eux sur son téléphone portable. Bwaaah ! Les Lapins crétins sont connus dans tout le monde francophone, The Raving Rabbids ont leurs équivalents en diverses langues.

Des crobards et des comédiens

Ces lapins n’étaient au départ que des gribouillages de Michel Ancel qui s’ennuyait en réunion.

Publicité

Ils furent remarqués et modélisés en #3D. Au départ, c’est l’un des comiques de la troupe d’Ubisoft qui leur prêta sa voix. Il excellait en imitations pendant les pauses café. Depuis janvier 2013, c’est un acteur, Damien Laquet, qui est la voix française (pour la série télé et l’attraction La Machine à voyager dans le temps du Futuroscope). Un petit bidouillage fait parfois monter la voix dans les aigus. Si vous êtes au Québec, allez retrouver les lapins au Centre d'amusement de Pointe-Claire qui leur est dédié. Il s'est ouvert le 3 septembre dernier. Un bracelet magnétique vous ouvrira toutes les portes. « La réalité augmentée, c'est incroyable : je pogne le tournis (...) c'est pas mal le fun », se réjouit Alexandre Legault-Déry, du Journal de Montréal. Il a apprécié la cantine : « pas de malbouffe, le menu est de Jérôme Ferrer. Donc morue, bœuf bourguignon et mac'n cheese de luxe. ». Il paraît que c'est mieux que la ferme d'autruches de Saint-Eustache. Vous jouerez à la tague sous-marin (voyez le « jeu du loup » sur Wikipedia). Dernières en date des apparitions mondiales des lapins, leur jeu de cartes (virtuelles) du jeu Uno d'Ubisoft Chendgu, sur consoles et PC (sorti en août) et bien sûr ce captivant livre Larousse, en librairie dès ce lundi.