Avez-vous remarqué à quel point les chats ont envahi la Toile ? Pas une minute, voire une seconde, avant qu’un nouveau #chat ou chaton (ou une nouvelle photo d’une chatte étoile) n’envahisse Facebook, Instagram, Twitter, et bien entendu Snapchat… 'Monsieur Chat', c’est près de deux milliards de remontées Google, et 'Mister Cat', 2,1 milliards. Ajoutez 'Frau Katze', la 'Señora Gata', 'el niño Gatito', le 'neko' japonais, le mandarin 'māo', le russe 'kot', et quelques autres, et voyez ce que cela donne, ou plutôt, chiffre. Il y a sept milliards d’humains, et plus de 220 millions de chats, chattes, chatons. Heureusement, ils ne savent pas faire commodément des selfies.

Publicité
Publicité

Mais le photographe Seth Casteel, qui avait déjà saisi des chiens attrapant la baballe sous l’eau (Underwater Dogs, Underwater Puppies, Underwater Doggies), et aussi des 'babies' nageuses et nageurs en plongée, vient de sortir son second album de photographies intitulé 'Pounce'. Sur son site, les photos des chats ou chatons volants se déclinent aussi en calendriers, en tirages de divers formats… Le plus récent et second album 'Pounce' se décline en trois formats, et les prix s’échelonnent entre quelque 9 ou 16 USD. Il présente un peu plus de 70 vues en 112 pages simples ou doubles. Dans presque tous les pays, les fanas, les gagas de chats et leurs amis et connaissances (pour le leur offrir) vont se ruer sur l’album. Les stars de ce nouveau recueil sont 'Chicken', 'Petunia' et 'Fuzzbucket' mais, évidemment, toutes et tous sont a-do-ra-bles (il en est bien de moches, mais ne le dites pas aux idolâtres, sinon, comme l’aurait dit feu Siné, vous serez chat-pitré, voire chat-ié, au minimum chat-huté… ou vous serez traité de chameau, comme le titre du livre d’Anny Duperey, 'Les Chats Mots').

Publicité

Bien, dans la 'chattosphère', on ne parle plus que de chat (de cela).

Au bar à chat

Meilleur moyen de voir l’album et de l’avoir en main (même si les grandes librairies françaises vont en garnir leurs rayonnages), rendez-vous dans un bar à chats. Récemment, rien qu’à Paris, Google en recensait quatre, dont deux ont fermé, mais il y a aussi des salons de thé à chats ('Cat & Cake', et à Lille, 'Chat Voir Vivre'), et il s’en est ouvert et il s’en rouvrira dans nombre de grandes villes. Bref, les chatophiles, les minoulâtres, en auront, avec 'Pounce', pour leur contentement. Ce titre signifie bondir ou sauter, mais je suspecte très fort quelques projections d’assistants preneurs de vues. Qu’à cela ne tienne, à cette altitude, les chats retombent sur leurs pattes. Mise en garde : ne jetez pas un chat d’un balcon, même du premier étage, pour concurrencer Seth Casteel et publier votre photo sur les réseaux sociaux. Ou alors, prévoyez des chats cascadeurs de rechange. Soit ils se blessent, soit… pire.

Publicité

Le lancer de nains a été proscrit, celui de chats, dans de telles conditions, sera poursuivi. Voyez d’ailleurs ce qui s’écrase 'when it rains cats and dogs' (les hallebardes des pluies ne finissent pas intactes). L’album 'Pounce' est déjà en téléchargement (en PDF ou ePub) sur le site de la Fnac (un – trop – peu moins de huit euros) et divers sites (dont 'Hachette Royaume-Uni'). Depuis les 'Chats' de l’écrivaine Colette, le filon est surexploité (rien que pour la France, une cinquantaine de romans consacrés aux petits félins, sans compter les innombrables « Élever mon… », les ouvrages sur la psychologie féline domestique, les albums pour enfants, &c.). Recherchez le mot-clef « chat », là, pour voir. Les chiffres font chavirer les éditeurs (bon, j’arrête, depuis chabanais, p. 601, jusqu’à chavirer, p. 733 de mon Grand Robert, je n’en aurai jamais fini…). Chat-suffit ! #photographie #Livres