À partir de l’#Esclavage des gitans, Radou Joudé a réalisé le film road trip titré 'Aferim !'–qui signifie ‘‘Bravo’’- afin de retracer l’époque de 1835 en Romanie et plus spécialement en Valachie, la partie sud du pays. Pendant cette époque-là, les sujets du racisme et de la violence –même au détriment des femmes- affectaient les peuples installés, qui essayaient de résoudre les problèmes sous l’aspect autoritaire de la religion.

Quant au film 'Aferim !', à travers la langue cinématographique d’une esthétique d’antan, le metteur en scène roumain propose une relecture critique de ces aspects de la religion et du comportement misogyne vers les femmes en termes de punition.

Publicité
Publicité

De ce portrait des mœurs ressort une idée fondamentale : l’humeur s’enracine dans la langue filmique dont l’acteur principal, le policier 'Costandin', joué par Teodor Corban, échappe aux croyances religieuses pour livrer un comportement héroïque autant qu’utilitariste.

Costandin à la recherche du coupable

Souvenons-nous de la récitation de Teodor Corban dans le film de Cristian Mungiu "4 mois, 3 semaines, 2 jours". Ici, l’acteur bien connu parcourt toute la région face à la bureaucratie afin de capturer le gitan coupable, 'Carfin', joué par Toma Cuzin. 'Carfin' est accusé d'avoir couché avec la femme de son maître. Dans ce parcours, Costandin est avec son fils qui joue le rôle d’interlocuteur jeune. Ce n’est pas pour rien que Radu Jude nous renvoie à la figure du fils sans expérience. Puisque, grâce à ce dernier, il nous expose la puissance emblématique du père-héro qui s’oriente à la victoire et à la matérialisation de son but.

Publicité

En guise de conclusion, 'Aferim !' est un film très intéressant qui nous incite à voir le présent à l’égard du passé. Selon la figure de la synecdoque, le temps filmique au blanc et noir donne le reflet du tout. Ce qui reste est la sensation d’une époque oubliée qui mérite une telle représentation. D'ailleurs, au 65e Festival du film de Berlin en 2015, Radu Jude a reçu l’Ours d’argent du meilleur réalisateur. En Grèce, les cinéphiles auront l’occasion de voir 'Aferim !' dès le 3 novembre prochain. Mieux vaut tard que jamais... #Cinéma #Roumanie