Le jeune et talentueux réalisateur Guy-Roger #Duvert s’associe au producteur Olivier Biercewicz (Tachkent Productions), et revient avec son premier long-métrage : #Virtual Revolution. Ce film, à la hauteur des films hollywoodiens, réjouira les amateurs de jeux vidéo et de science-fiction. L’histoire se passe dans le Neo Paris en 2047, dans une ère où la réalité virtuelle a dépassé la vie réelle. Alors que 75% de la population vit exclusivement connectée, certains persistent dans la vie réelle (les vivants), tandis que d’autres, les hybrides, naviguent entre ces deux mondes. Nash (Mike Dopud), hybride et agent à la solde des multinationales qui ont créé et développé ces mondes virtuels, est chargé de traquer et de tuer les terroristes qui menacent le système. Ce film, qui a déjà reçu 22 sélections et 18 récompenses, interroge sur notre futur.

Publicité
Publicité

Serons-nous dans cette situation dans quelques années ? « Dans un article paru en 2005, 25% des joueurs d’un jeu vidéo avouaient accorder plus d’importance au jeu qu’à leur vie réelle » s’est confié  le réalisateur Guy-Roger. « Je me suis dit que ce n’était que les débuts, et qu’à l’avenir, ce ne serait plus 25% mais  beaucoup plus ». Un futur à la fois excitant mais aussi effrayant…

La renaissance du cinéma français avec Virtual Revolution

Ce film indépendant est un renouveau du #Cinéma français. En effet, depuis Luc Besson, rares sont les réalisateurs qui ont tenté de s’imposer face aux productions hollywoodiennes. Guy-Roger a réussi ce que les américains font depuis des années maintenant. « On pourrait s’attendre à ce que ce genre de films soit tourné  en studio, et pourtant, la quasi-totalité des lieux que nous voyons dans le film ont été tournés à Paris et en région parisienne ».

Publicité

Un film qui propose une vision différente de ce que nous pouvons voir habituellement dans les films français. Ce film montre le potentiel des réalisateurs français, qui dormait depuis plusieurs années. Un long-métrage que l’on pourrait qualifier de novateur en France, et qui apporte une nouvelle image, a l’inverse des téléfilms hexagonaux qui préfèrent jouer la carte de la sécurité. Ce film prometteur prouve que la France est toujours présente, et qu’avec de la motivation et de la détermination, nous sommes capable d’égaler les films américains. C’est un exemple et un modèle de grand cinéma.

Guy-Roger Duvert : un réalisateur prometteur

Guy-Roger Duvert a déjà sorti un court-métrage, Cassandra, ayant reçu 58 récompenses. Ce jeune réalisateur ambitieux nous montre ses compétences en termes de réalisation et de scénario, et est loin de s’arrêter. En effet, alors que son long-métrage sort demain, Guy-Roger et son équipe travaillent déjà sur la suite de ce film, sous forme de série télé. Au début perçu avec scepticisme, Guy-Roger est maintenant contacté par différentes sociétés américaines, canadiennes, belges et françaises pour de futurs projets.

Publicité

Guy-Roger Duvert pourrait bien être le prochain réalisateur célèbre français après Luc Besson, grâce à son ingéniosité et à sa créativité. Le parcours de Guy-Roger commence sur des chapeaux de roues et lui promet une brillante carrière…