On n’impose pas un univers de fiction comme on impose un vulgaire produit de consommation par la publicité. Il a fallu du temps mais ce qui a fait le succès de #Harry Potter, ce sont d’abord ses lecteurs et un exceptionnel bouche à oreille. Depuis, JK Rowling a écrit l’histoire, la petite, celle de son sorcier balafré, et grande, celle de la littérature anglaise voire mondiale et celle du #Cinéma, avec une franchise qui affiche un incroyable score de plus de 7,7 milliards de dollars de recettes mondiales. Et dans ce chiffre faramineux, on ne compte pas les ventes de livres, de DVDs, ni les produits dérivés, ni les recettes du parc d’attractions ouvert près de Londres ni encore le chiffre d’affaires conséquent généré par la parution du dernier livre « Harry Potter et l’enfant maudit » sous la forme d’une pièce de théâtre (Gallimard France).

Publicité
Publicité

Saga Harry Potter : un vrai succès de Cinéma

Fort de son titre de femme la plus riche d’Angleterre, que pouvait faire JK Rowling de plus ? Elle entretient encore la flamme Potter grâce à PotterMore, le site internet dédié au sorcier qu’elle alimente régulièrement et publie, sous le pseudonyme de Robert Galbraith, des thrillers plutôt bien écrits et efficaces. Mais au cinéma, JK Rowling a vécu pendant des années dans l’ombre de Steven Kloves, le scénariste de quasi tous les films Harry Potter de Hollywood. En 2013, Warner Bros, déjà producteur de la saga Harry Potter, officialisait son partenariat avec JK Rowling sur le projet « Les Animaux Fantastiques » et annonçait que l’écrivaine en serait la seule scénariste. Forte de la crédibilité de son univers, JK Rowling était sans doute lasse de ne figurer que comme consultante et désireuse d’entrer officiellement sous la lumière des projecteurs de cinéma,

JK Rowling, scénariste de cinéma

JK Rowling signe donc toute seule le scénario de « Fantastic Beasts (and where to find them) », l’histoire de Norbert Dragonneau, spécialiste notoire d’animaux hors normes du monde magique de la saga Potter.

Publicité

Dans une interview, JK Rowling lève un peu le voile sur la genèse de cette nouvelle aventure cinématographique :

"Alors que j'étudiais la proposition de Warner, une idée prit forme dans mon esprit et je n'arrivais pas à l'en déloger. Voilà comment j'en suis arrivée à présenter le pitch d'un film de ma propre idée à Warner Bros. Bien que le film se déroule dans la communauté mondiale des sorcières et sorciers au sein de laquelle j'ai été si heureuse pendant dix-sept ans, Les Animaux fantastiques n'est ni un prologue ni une suite de la série Harry Potter, mais plutôt un prolongement du monde des sorciers. Les lois et coutumes de la société magique secrète seront familières à quiconque a lu les romans Harry Potter ou vu les films, mais l'histoire de Norbert débutera à New York, soixante-dix ans avant l'arrivée de Harry Potter."

A la réalisation du premier film de cette nouvelle saga qui en comprendra pour le moment cinq, on retrouve David Yates, metteur en scène qui semble désormais caler sa carrière sur celle du monde du petit sorcier devenu grand.

Publicité

En effet, David Yates était déjà le réalisateur des derniers films de la saga Potter. Gageons que le succès sera au rendez-vous pour ce nouveau #Blockbuster annoncé, et ce d'autant plus qu’il a bénéficié d’une exceptionnelle rampe de lancement avec la parution de ce que l’on a appelé un peu vite « Harry Potter 8 » (la pièce n’a pas été écrite par JK Rowling elle-même mais par Jack Thorn), la pièce de théâtre ayant débuté ses représentations cet été à Londres. Reste à savoir désormais si l’univers de Harry Potter fonctionne … sans Harry Potter !