Je ne vais pas ici détailler les forces et les faiblesses du #scénario de ce blockbuster programmé mais montrer quelle a été, pour moi, la mauvaise option prise par les créateurs du film.

Pacific Rim 1 : un cas d'école de cinéma

En termes d'entrées les résultats dans les salles de #Cinéma ont donné des frissons au studio Legendary qui l'avait produit car le public ne fut pas au rendez-vous, loin de là. Le budget de 190 millions de dollars (hors promo !) était conséquent et ne donnait pas le droit à l'erreur au film en terme de succès. Cela devait marcher ! Ce fut loin d'être le cas, aux Etats-Unis tout du moins et le tout Hollywood a frémit ou s'est gaussé selon le cas ! Ce fut la Chine qui sauva "Pacific Rim" en assurant à elle seule plus de 111 M$ de recettes, soit plus que les recettes US qui culminèrent à 101M$, une misère rapporté au budget et aux espérances placées dans le film en termes de rentrées. Celles-ci se terminèrent tout de même aux alentours de 411M$ dans le monde.

Publicité
Publicité

Cette contre performance n'empêcha pas le Studio de programmer une suite qui devrait sortir vraisemblablement en 2018.

Mais revenons-en au film lui-même. Souvenez-vous du film (si vous l'avez vu !) : ce dernier commence par un prologue de quelques minutes expliquant ce qu'il s'est passé sur Terre après la découverte de cette faille dans le Pacifique et l'apparition de ces monstres dévastateurs. Le prologue en question narre les premiers combats et les conclusions qu'en a tiré l'humanité après la destruction de nombreuses villes importantes. Décision est prise de fabriquer des monstres mécaniques pour contrer ces monstres, eux, biologiques. Après ces explications, le film commence. Le problème se trouve là !

Au cinéma, les bonnes options payent !

En fait, faisons un parallèle entre "Pacific Rim" et ID4 (Independance Day pour ceux qui n'aurait pas saisi) parce que les deux films ont une base commune : en gros, l'humanité contre des monstres extraterrestres pour éviter l'extermination.

Publicité

Les options scénaristique de départ sont radicalement opposées : "Pacific Rim" commence là où ID4 se termine. Et c'est là toute la différence.

En effet, si l'on analyse bien le prologue de "Pacific Rim", on se rend compte qu'il raconte en quatre minutes ce que ID4 raconte en 150mn. Et le problème pour "Pacific Rim" est que ce qui est raconté dans son prologue est plus intéressant que le film lui-même. Roland Emmerich ne s'y est pas trompé. ID4, c'est quoi ? La découverte des extraterrestres, les premières défaites, l'organisation de la résistance puis la baffe finale aux Aliens ... Voilà un beau programme pour les spectateurs. Or, cette histoire est racontée dans "Pacific Rim" mais elle est expédiée en 4mn ! Ce qui suit dans les plus de 2H10 qui restent n'est qu'une succession de bastons très bien faites mais sans vraiment d'intérêt. tellement on peine à s'intéresser à des personnages sans réelle saveur. Pour avoir eu la chance d'en parler avec des proches de Guillermo, il semble que cette option soit en fait un choix d'auteur.

Publicité

Cependant, il est indéniable que scénaristiquement parlant, ce choix a enlever beaucoup d’intérêt au film. En fait, je le dis souvent en parlant de ce film, "Pacific Rim" tel qu'il a été tournée aurait dû être le second volet, la suite du prologue qui aurait dû être, lui, le corps du premier film.

Une erreur qui a failli vraiment coûter cher à Guillermo Del Toro, au studio Legendary et à Warner Bros qui distribuait. Alors que John Boyega vient de rejoindre la distribution de cette "Sequel", gageons qu'Universal qui prend la suite de la Warner dans la distribution de "Pacific Rim 2" sera plus exigeante quant au développement du récit.