Actuellement sur Netflix, voilà Imperium, un long métrage inspiré de faits réels, narrant l'infiltration d'un groupe de suprématistes blancs par un agent du FBI. Pour son premier film, Daniel Ragussis opte pour un sujet sensible et difficile, avec un Daniel Radcliffe très convaincant en skin head. Danny Balint, American History X, Un Français... si chacun de ces #Films abordent le même sujet, aucun ne l'a traité de la même façon. Dans Imperium on suit un agent infiltré au profil radicalement opposé, lancé dans ce monde de haine. Le film n'est pas dans la violence, il est dans la psychologie. On y découvre les mentalités, les convictions et les codes qui régissent chaque individu du mouvement.

Publicité
Publicité

Traumatisme du passé, en recherche d'identité, de style. Les idéaux de ce genre touchent tout type de personne, peu importe le statut social, ce sont des graines d'idées qui, le plus souvent, nichent dans des cerveaux malades. Ces hommes sont habités par un dévouement extrême et aveugle envers une cause suprématiste. Si certains y sont dévoués intellectuellement et intelligemment, d'autres s'en servent à des fins personnelles.

Daniel Radcliffe au sommet de son art

Le sujet est banal mais superbement bien mené, Ragussis a travaillé son sujet sérieusement. Dans ce film Daniel Radcliffe nous montre une nouvelle fois l'étendue de ses talents et le large panel de personnages qu'il peut jouer, il enchaîne les rôles marquants et intéressants : Swiss Army Man, Kill Your Darlings, Horns.

Publicité

Un film prenant, réaliste et fort. Il propose un regard nouveau sur le mouvement et ses membres. Même cachés, enfermés dans cette haine de l'être, ils n'en restent pas moins des humains pourvus de points communs avec n'importe quelle personne externe à ces idéaux. On apprend à comprendre leurs motivations, leur philosophie, à ne pas juger. Les circonstances atténuantes sont là pour nous rappeler que n'importe qui peut un jour tomber dans ce milieu, peu importe le milieu social dont on est issu, mais qu'également tout le monde peut s'en sortir. Un excellent premier film. #Cinéma