Il est de ces comédiennes qui, à l’instar Sharon Stone avec « Basic Instinct », passent de l’ombre à la lumière en l’espace d’un film. Felicity Jones s’est, elle, imposée progressivement pour devenir désormais incontournable au #Cinéma. Elle enchaine les succès et alterne avec bonheur les films à gros budget et ceux qui offrent des rôles à récompenses. Comme Jennifer Lawrence qui enchaine les blockbusters tels la série des « Hunger Games » et « X-Men » et les films plus intimistes comme « Happiness therapy » qui lui valut l’Oscar de la meilleure comédienne la même année que notre Jean Dujardin national, Felicity Jones excelle également dans ce subtil mélange des genres.

Publicité
Publicité

Un (presque) Oscar pour Felicity Jones

Je le répète, mais la plupart des excellents comédiens qui officient à #Hollywood sont d’origine anglaise. L’histoire se répète pour Felicity Jones qui est née en 1983 à Birmingham. Pour devenir une Star à Hollywood, être anglais ne suffit pas. Il faut du talent, de la chance et un bon timing. La comédienne a su saisir les opportunités qui se sont offertes à elle. Et en 2014, la jeune comédienne est sélectionnée pour le rôle de Jane Wilde Hawking, la femme de Stephen Hawking dans « Une merveilleuse histoire du temps ». Elle a pour partenaire un certain Eddie Redmayne qui a vu également le cours de sa vie artistique changer avec ce film. En effet, Eddie et Felicity sont tous deux nommés aux Oscar pour leur prestation dans ce film.

Publicité

Si la chance a souri à Eddie Redmayne qui a décroché la fameuse statuette, Felicity Jones a, elle, bénéficié de cette nomination. Un booster de carrière pour la talentueuse et charismatique comédienne.

Felicity Jones sort de l’Enfer pour le premier spin of de 'Star Wars'

Désormais, Felicity Jones est une comédienne qui compte. Elle partage l’affiche avec Tom Hanks dans le dernier volet de la licence « Robert Langdon », à savoir « Inferno ». Elle y est lumineuse et omniprésente. Mais le rôle qui va définitivement l’installer dans l’esprit su grand public, c’est « Rogue One – A #Star Wars Story », le premier d’une longue série de « Spin of » du célèbre univers galactique. Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, ce spin-off racontera comment un commando rebelle se lance dans une mission pour voler les plans de l'Etoile Noire.

A l’heure où Emilia Clarke, la « Daenerys Targaryen » mère des dragons dans « Game of Thrones » vient d’être confirmée dans « Star Wars 8 », Felicity Jones a le droit, elle, à son propre film en vedette. On sait ce que cela veut dire à Hollywood.